Les déplacements indépendants sont associés à une meilleure santé mentale chez les adultes plus âgés


  • Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les déplacements indépendants sont associés à une meilleure santé mentale chez les adultes plus âgés. C’est ce que suggèrent les résultats d’une nouvelle étude.

L’étude a examiné comment le mode de transport et le statut de conduite affectent la participation sociale et le bien-être psychosocial. Des données ont été recueillies auprès de 8 092 adultes non institutionnalisés âgés de 50 ans ou plus, inclus dans l’Étude longitudinale irlandaise sur le vieillissement (TILDA), une étude de cohorte représentative à l’échelle nationale.

Une analyse de régression a été utilisée et a examiné les associations entre le mode de transport et le statut de conduite et les symptômes dépressifs, la qualité de vie, la solitude, la participation mensuelle à des activités de loisir et de bénévolat impliquant une vie sociale active et la solidité du réseau social. La voiture était le mode de transport le plus fréquemment utilisé (87,8 %) et 72,2 % des adultes conduisaient eux-mêmes.

Dans une analyse de régression non corrigée, le fait notamment de conduire soi-même, de se faire conduire par son/sa conjoint(e)/partenaire ou de prendre les transports publics a été associé à de meilleurs indicateurs de santé psychosociale et à des niveaux plus élevés de participation sociale, par rapport au fait de compter sur des membres de la famille/amis/taxis. La majorité des effets étaient atténués, mais significatifs, après une correction pour prendre en compte les covariables.

Les adultes ayant réduit leur fréquence de conduite au cours des cinq dernières années ont rapporté des taux plus élevés de symptômes dépressifs et de solitude, ainsi qu’une plus faible qualité de vie, au cours de l’année écoulée, par rapport à ceux ayant maintenu leur fréquence de conduite, indépendamment des caractéristiques socio-démographiques et de la santé physique.