Les décès liés au SIDA ont diminué de 33 %, selon le rapport de l’ONUSIDA 2019


  • Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les décès liés au SIDA continuent de baisser en raison d’un accès élargi au traitement et de la poursuite des progrès dans le cadre de la prestation des services de lutte contre le VIH/la tuberculose, selon un nouveau rapport des Nations Unies intitulé Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA).

La Mise à jour sur le SIDA à l’échelle mondiale (Global AIDS Update) montre que, depuis 2010, les décès liés au SIDA ont chuté de 33 % pour atteindre 770 000 en 2018.

Les baisses mondiales des décès liés au SIDA s’expliquent en grande partie par les progrès accomplis en Afrique orientale et australe. En Europe orientale et en Asie centrale, cependant, les décès liés au SIDA ont augmenté de 5 %, et de 9 % au Moyen-Orient et en Afrique du Nord depuis 2010.

Environ 79 % des personnes vivant avec le VIH avaient connaissance de leur statut VIH en 2018 ; 78 % des personnes ayant connaissance de leur statut VIH avaient accès à un traitement, et 86 % des personnes ayant accès à un traitement avaient obtenu une suppression virale.

Au niveau mondial, environ 1,7 million de personnes étaient infectées par le VIH en 2018, une baisse de 16 % depuis 2010.

Cependant, le rythme des progrès ralentit. Pour la première fois, les ressources mondiales disponibles pour la riposte au SIDA ont accusé une baisse significative de près d’un milliard de dollars américains. En 2018, 19 milliards de dollars étaient disponibles, 7,2 milliards de dollars en deçà des 26,2 milliards de dollars estimés nécessaires d’ici 2020.