Les critères de dépistage du cancer du poumon passent à côté des personnes plus jeunes et des personnes ayant arrêté de fumer depuis longtemps

  • Luo YH & al.
  • Lancet Oncol
  • 26 juin 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un cancer du poumon qui ont arrêté de fumer au moins 15 ans avant le diagnostic, et ceux qui avaient au maximum 5 ans de moins que la limite d’âge recommandée, mais qui remplissaient les autres critères du Groupe de travail sur les services préventifs des États-Unis (US Preventive Services Task Force, USPSTF) pour bénéficier d’un dépistage du cancer du poumon, présentaient un risque de mortalité similaire à celui des personnes qui remplissaient tous les critères de l’USPSTF.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats, ainsi que les recherches antérieures suggérant que près de deux tiers des patients atteints d’un cancer du poumon ne remplissent pas les critères de dépistage de l’USPSTF, suggèrent qu’une révision des recommandations pourrait permettre d’améliorer les résultats des patients.  
  • Une étude récente similaire s’est concentrée sur les patients d’origine ethnique afro-américaine.

Protocole de l’étude

  • Cohorte prospective et observationnelle, étude multicentrique.
  • 8 739 patients ayant reçu un diagnostic de cancer du poumon entre 1997 et 2017 ont été identifiés dans des cohortes hospitalières et communautaires.
  • La durée de suivi médiane était de 6,5 ans.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH) ; Fondation de la clinique Mayo (Mayo Clinic Foundation).

Principaux résultats

  • 6 627 des patients de la cohorte globale remplissaient les critères de l’USPSTF.
  • Le taux de SG à 5 ans était de 27 % chez les fumeurs ayant arrêté au cours des 30 dernières années, de 22 % chez ceux de moins de 55 ans, et de 23 % dans le groupe remplissant les critères de l’USPSTF.
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la SG à 5 ans entre les patients ayant arrêté de fumer il y a longtemps et le groupe remplissant les critères de l’USPSTF (rapport de risque [RR] pour la cohorte hospitalière : 1,02 [P = 0,72] ; RR pour la cohorte communautaire : 0,97 [P = 0,82]), ou entre les patients de moins de 55 ans et le groupe remplissant les critères de l’USPSTF (RR pour la cohorte hospitalière : 1,16 [P = 0,08] ; RR pour la cohorte communautaire : 1,16 [P = 0,52]).
  • Les résultats étaient similaires après un appariement selon les scores de propension.

Limites

  • Des facteurs de confusion non mesurés pourraient avoir influencé la SG.