Les corticoïdes inhalés constituent-ils le meilleur traitement chez les sujets souffrant d’asthme léger persistant ?

  • Lazarus SC & al.
  • N Engl J Med
  • 23 mai 2019

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Selon cette étude américaine, la grande majorité des patients souffrant d’asthme léger persistant (73%) ont un faible taux d’éosinophiles dans leurs expectorations (

Pourquoi cette étude a-t-elle été réalisée ?

Les éléments de la littérature indiquent que si les corticoïdes inhalés (CI) améliorent la fonction respiratoire chez les sujets qui ont des taux d’éosinophiles supérieurs à 2%, il n’en serait pas de même pour ceux dont les taux d’éosinophiles sont bas (

Méthodologie 

L’essai SIENA (Steroid in Eosinophil Negative Asthma) a donc comparé de façon prospective la réponse aux CI et au tiotropium par rapport à un placebo chez des sujets souffrant d’asthme léger persistant en fonction du taux d’éosinophiles dans les expectorations induites à l’inclusion (

Résultats 

  • Dans cette population, la grande majorité des patients (268, soit 73%) présentaient des taux d’éosinophiles bas, c’est-à-dire inférieurs à 2%.
  • Parmi ces patients à taux d’éosinophiles bas, une réponse différentielle aux traitements vs placebo a pu être observée chez 59% d’entre eux (réponse mesurée par l’augmentation du VEMS). Et au sein de ce sous-groupe de patients, 57% [48-66] avaient une meilleure réponse aux CI et 43% [34-52] au placebo, sans différence significative entre les deux (p=0,14). Cette différence n’était pas non plus significative entre tiotropium (60% [51-68]) et placebo (40% [32-49]), p=0,029.
  • En revanche, chez les patients présentant des taux d’éosinophiles plus élevés (>2%), la réponse à la mométasone a été supérieure à celle obtenue sous placebo chez 74% [60-86] des sujets contre 26% [14-40] seulement en faveur du placebo. Alors qu’elle n’a pas été améliorée de façon significative par le tiotropium par rapport au placebo (57% [41-72] vs 43% [28-59]).
  • Il n’est pas apparu de différence dans les effets indésirables selon les différents groupes de traitement ou la stratification en fonction du taux d’éosinophiles.