Les conseils en personne et la pharmacothérapie sont les meilleures stratégies de sevrage tabagique

  • Lung Cancer

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les conseils en personne et la pharmacothérapie étaient les techniques de sevrage tabagique les plus efficaces à 12 mois, d’après une méta-analyse.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les centres de services Medicare et Medicaid exigent que les cliniciens fournissent des conseils de sevrage tabagique aux fumeurs actuels qui font l’objet d’un dépistage du cancer du poumon (DCP), mais ils ne stipulent pas quelles interventions les cliniciens doivent recommander.
  • Un certain nombre d’essais comparant les techniques de sevrage tabagique sont en cours, mais les résultats ne seront pas disponibles avant plusieurs années.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 85 études évaluant l’efficacité des techniques de sevrage tabagique chez 140 671 fumeurs actuels.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • À 6 mois, l’efficacité globale du sevrage tabagique était statistiquement significative pour les interventions électroniques/en ligne (rapport de cotes [RC] : 1,14 ; IC à 95 % : 1,03–1,25), les conseils en personne (RC : 1,46 ; IC à 95 % : 1,25–1,70) et la pharmacothérapie (RC : 1,53 ; IC à 95 % : 1,33–1,77) ; les conseils par téléphone étaient également efficaces, mais ils n’ont pas atteint le seuil de significativité statistique (RC : 1,21 ; IC à 95 % : 0,98–1,50).
  • À 12 mois, l’efficacité globale était plus faible pour toutes les interventions, et elle est uniquement restée significative pour la pharmacothérapie (RC : 1,46 ; IC à 95 % : 1,17–1,84) et les conseils en personne (RC : 1,28 ; IC à 95 % : 1,09–1,51).
  • Les interventions multimodales sont probablement plus efficaces que les interventions à modalité unique, bien que les données ne soient pas concluantes.

Limites

  • Certaines études comprenaient des personnes non éligibles au DCP.