Les comorbidités chez les adultes nés prématurément


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude ayant examiné la prévalence des comorbidités majeures à l’âge adulte chez les personnes nées prématurément a révélé que la majorité des personnes avaient survécu jusqu’au début et au milieu de l’âge adulte sans comorbidités majeures. 

L’étude de cohorte populationnelle a inclus plus de 2,5 millions de personnes nées en Suède, entre 1972 et 1997. Le critère d’évaluation principal a été défini comme la survie sans présence d’une quelconque comorbidité jusqu’en 2015, sur la base de l’indice de comorbidité de l’étude Résultats cliniques et expériences des patients chez les adolescents et les jeunes adultes (AYA HOPE) jusqu’en 2015. 

Au total, 5,8 % des participants étaient nés prématurément. L’étude a révélé que 54,6 % des personnes nées avant 37 semaines de gestation étaient en vie sans comorbidités majeures entre 18 et 43 ans, selon l’indice de l’étude AYA HOPE, contre 63 % des personnes nées à terme. Les résultats étaient cependant plus défavorables pour les personnes nées extrêmement prématurément, avec un peu plus de 1 personne sur 5 parmi celles nées entre 22 et 27 semaines de gestation ne présentant aucune comorbidité. 

Les auteurs, qui ont présenté les résultats dans la revue JAMA, ont déclaré que des études supplémentaires sont nécessaires pour identifier les facteurs protecteurs au cours de la vie qui améliorent la résilience et la trajectoire de santé à long terme des personnes nées prématurément, en particulier pour les personnes nées extrêmement prématurément.