Les cliniciens s’apprêtent à discuter de la gestion des situations où il n’est pas possible d’aider les patients


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’art de la médecine et la gestion des situations où il n’est pas possible d’aider tous les patients seront les sujets abordés lors du congrès à venir intitulé Soins cardiovasculaires aigus 2019 (Acute Cardiovascular Care 2019), qui se tiendra le mois prochain. Plus de 1 000 participants de plus de 70 pays devraient participer au congrès qui se déroulera à Malaga, en Espagne, du 2 au 4 mars. 

Les organisateurs ont annoncé que, cette année, les cliniciens discuteront des sujets suivants : « Comment accepter le fait de ne pas pouvoir guérir tous les patients ? », « Comment mieux préparer la mort pour les patients ? », « Comment communiquer avec les patients en détresse qui ne comprennent pas ce qui se passe ? » et « Comment gérer le surmenage professionnel ? ».

« Les professionnels de santé spécialisés dans les soins cardiaques aigus apprennent la science de la médecine, mais, bien souvent, ils n’en apprennent pas l’art. Dans le contexte des soins aigus, nous avons souvent à décider qu’il n’y a plus rien à faire. Le patient va décéder et nous devons gérer cette situation. Les jeunes médecins pensent qu’exercer la médecine sans se couper de ses émotions a ses limites, mais il est impossible de s’occuper de quelqu’un sans s’impliquer personnellement », a expliqué le Dr Sergio Leonardi, président du programme scientifique.

Parmi les autres sujets au programme figurent les pratiques à suivre dans le cas d’un arrêt cardiaque en dehors de l’hôpital et les caractéristiques distinctives du syndrome coronaire aigu chez les femmes.