Les clés d’une consultation contraception favorisant l’observance et la persistance

  • Linet T
  • Gynecol Obstet Fertil Senol
  • 1 déc. 2018

  • de Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les recommandations du CNGOF reviennent largement sur la consultation de contraception. Et pour cause… une enquête européenne sur 1.137 femmes ayant inclus 50% de françaises met en évidence que la contraception hormonale et le DIU étaient plus volontiers le fait d’une recommandation du prescripteur que du choix des femmes. Or, ce décalage, peut conduire à une mauvaise observance ou persistance de la méthode contraceptive mise en place.

Les différents types de consultation

On peut distinguer 4 types de consultation : le modèle paternaliste, « Je décide pour vous » ; le modèle informatif « Je vous dis ce que je sais » ; le modèle interprétatif « En plus, je vous aide à définir vos préférences. Nous sommes d’égal à égal. » et le modèle délibératif « Nous choisissons ensemble ».

La consultation en contraception se distingue d’une consultation classique pour laquelle la femme consulte pour un problème de santé. Si l’on souhaite que la contraception soit adaptée à la vie de la femme et non l’inverse, on en déduira que la consultation paternaliste ne convient pas. Le fait que le praticien affiche son choix diminue la satisfaction des femmes (NP1), et pourrait diminuer la persistance contraceptive (NP4).

Structurer la consultation

La HAS recommande une consultation structurée de type BERCER, basée sur 5 temps : Bienvenue ; Entretien ; Renseignements ; Choix ; Explications et Retour.

Ce type de consultation permettrait dans 43,9% des cas que les femmes changent d’idée initiale à l’aide d’informations estimées utiles dans 97,5% des cas, complètes dans 96,4% des cas et justes et impartiales dans 93,1% des cas. La proportion de femmes incertaines sur leur choix passerait ainsi de 27,8% à 3,9% (p

L’attente des femmes n’est pas forcément celle que les praticiens imaginent …

Une étude montre que globalement les femmes souhaiteraient avoir une consultation intime et amicale avec leur praticien pour se sentir à l’aise dans la discussion. Elles aimeraient recevoir des informations sur les options contraceptives disponibles et leurs effets secondaires. Celles qui ont exprimé des ressentis négatifs regrettaient d’avoir reçu des opinions, anecdotes plutôt que des informations objectives. Les cinq thèmes les plus importants selon les femmes sont l’efficacité, le faible risque, le coût, le fait que la méthode soit d’action longue et soit « oubliable » (ou pratique).

La qualité de la communication

Une communication interpersonnelle de qualité (respectueuse, bienveillante en considérant les inquiétudes et la situation spécifique de la femme) permettrait une plus grande persistance de la contraception (NP2). Les recommandations du CNGOF mentionnent également qu’un comportement attentif au début de la consultation et facilitant l’expression des points de vue de la femme augmenterait la persistance de la contraception initialement prescrite (NP2). Parmi les items qui ressortent le plus, les femmes disent attendre que « le praticien les respecte en tant que personne », « montre de la compassion et de la bienveillance », « me laisse dire ce qui compte pour moi à propos de ma méthode de contraception », « me laisse la possibilité de poser des questions », « prenne au sérieux mes préférences sur la contraception », « prenne en compte ma situation personnelle », « élabore avec moi une solution », « me donne suffisamment d’informations pour prendre la meilleure décision », « m’explique comment prendre la contraception de manière la plus pratique « , « m’explique les bénéfices et les risques de la méthode que j’ai choisie » et « réponde à toutes mes questions ».

Utiliser des outils en consultation

L’utilisation de modules informatisés ou de diaporamas sonorisés en salle d’attente avant consultation permettrait aux femmes de plus facilement choisir une contraception efficace (NP2). Et, lors de la consultation, la présentation des contraceptifs par catégories d’efficacité permettrait une meilleure compréhension (NP1).