Les chirurgiens signalés pour comportement non professionnel ont des taux de complications post-opératoires plus élevés


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les chirurgiens ayant un nombre plus élevé de signalements pour comportement non professionnel de la part de leurs collègues ont un risque significativement plus élevé de patients présentant des complications chirurgicales et médicales, selon une nouvelle étude publiée dans la revue JAMA Surgery

L’étude de cohorte rétrospective a examiné les données de deux centres médicaux, lesquels ont enregistré des rapports électroniques d’événements liés à la sécurité provenant de collègues décrivant le comportement non professionnel de chirurgiens, comme des inquiétudes sur la faible qualité ou la dangerosité des soins dispensés ou sur le plan de la communication, de l’intégrité et de la responsabilité. Des données ont été examinées pour 13 653 patients ayant fait l’objet d’une chirurgie pratiquée par 202 chirurgiens. 

L’étude a révélé que les patients dont les chirurgiens avaient 1 à 3 signalements dans les 36 mois précédant la chirurgie avaient un risque estimé 18,1 % plus élevé de complications, et que ceux dont les chirurgiens avaient 4 signalements ou plus avaient un risque moyen estimé 31,7 % plus élevé de complications, par rapport aux patients dont le chirurgien n’avait fait l’objet d’aucun signalement. Le taux de complications corrigé était 14,3 % plus élevé pour les patients dont les chirurgiens avaient 1 à 3 signalements et 11,9 % plus élevé pour les patients dont les chirurgiens avaient 4 signalements ou plus (P = 0,05). 

Les auteurs ont indiqué que les organisations souhaitant assurer des résultats optimaux pour les patients doivent concentrer leurs efforts sur les chirurgiens dont le comportement envers d’autres professionnels de santé est susceptible d’accroître le risque de résultats indésirables de leurs patients.