Les cancers de la thyroïde diffèrent selon les groupes ethniques indépendamment des facteurs socio-économiques

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

L'incidence des cancers de le thyroïde a doublé en 30 ans aux Etats-Unis, ce qui s'explique en partie par un meilleur dépistage, mais d'autres facteurs (hormonaux, diététiques, environnementaux, etc.) entrent en jeu. Il existe des différences selon les groupes ethniques touchant l'incidence des cancers de le thyroïde, leur traitement et leur survie. On attribue classiquement ces disparités à des facteurs socio-économiques freinant l'accès aux soins de populations défavorisées. En fait, des différences épigénétiques, liées à l'environnement, à l'alimentation, jouent un rôle important. Ainsi, par exemple, l'obésité est-elle associée avec un risque majoré de cancers de le thyroïde et de cancers de le thyroïde plus graves. Les auteurs américains ont tenté de définir les caractéristiques cliniques et histologiques de cancers de le thyroïde de divers groupes ethniques ayant un égal accès aux soins. Leur étude rétrospective est basée sur 2 registres de malades, l'un local et l'autre national.

Dans l'étude locale, qui comporte 291 opérés (238 femmes) de thyroïdectomie totale, les Hispaniques étaient majoritaires (39 %) devant les Noirs (33 %), les Asiatiques (17 %) et les Blancs non hispaniques (BNH) (11 %).

Les Hispaniques avaient un âge moyen de 38 ans vs 45 ans pour les BNH et 47 ans pour les Asiatiques.

La majorité des cancers de le thyro...