Les boissons sucrées sont associées au cancer du sein postménopausique dans une étude espagnole

  • Romanos-Nanclares A & al.
  • Eur J Nutr
  • 3 oct. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La consommation régulière de boissons sucrées (BS) est associée à un risque multiplié par plus de deux de cancer du sein (CS) chez les femmes ménopausées, mais pas chez les femmes préménopausées.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les femmes ménopausées doivent être encouragées à limiter leur consommation de BS.
  • Le lien mécaniste entre les BS et le CS pourrait se faire par le biais d’une augmentation de l’insulinorésistance induite par les BS.

Protocole de l’étude

  • Cohorte prospective (n = 10 713) de femmes d’âge moyen (âge médian : 33 ans) sans CS dans la cohorte Seguimiento Universidad de Navarra (SUN).
  • Les BS ont été évaluées à l’entrée dans l’étude par un questionnaire sur la fréquence de consommation des aliments, l’exposition étant stratifiée selon que la consommation était « inexistante/rare » (moins de 1 portion/mois) ou « régulière » (au moins 1 portion/mois).
  • Financement : Instituto de Salud Carlos III, Espagne ; Fonds européen de développement régional.

Principaux résultats

  • 100 cas incidents de CS ont été constatés durant 106 189 personnes-années de suivi.
  • La consommation régulière (par rapport à la consommation inexistante/rare) de BS chez les femmes ménopausées a été associée à un risque multiplié par plus de deux de CS incident (RR corrigé : 2,12 ; IC à 95 % : 1,02–4,41).
  • La consommation régulière (par rapport à la consommation inexistante/rare) de BS chez les femmes préménopausées n’a pas été associée au CS incident (RR corrigé : 1,16 ; IC à 95 % : 0,66–2,07).

Limites

  • Faible nombre de cas incidents de CS.
  • Catégorie d’exposition « régulière » trop vaste.
  • Biais d’erreurs de classification potentielles.