Les bandelettes nasales, sans effet sur les troubles du sommeil liés à la congestion nasale

  • Noss MJ & al.
  • Adv Ther
  • 17 juin 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Selon deux études randomisées publiées conjointement, les bandelettes nasales ne permettent pas d’améliorer la qualité de sommeil subjective des personnes souffrant de congestion nasale par rapport à un dispositif placebo (bandelettes leurres), après une évaluation de 14 jours. Cependant, différents paramètres ont été améliorés significativement dans les deux groupes, indiquant un probable effet placebo. Les auteurs notent que l’utilisation de paramètres d’évaluation subjectifs a certainement appuyé ce dernier. De nouvelles études seraient utiles à partir d’enregistrement de polysomnographie et à partir d’un suivi plus prolongé. Le recrutement de personnes qui n’aient pas toutes un nez étroit, comme ici, serait aussi intéressant.

Pourquoi cette étude est-elle intéressante ?

Les bandelettes nasales sont des dispositifs adhésifs positionnés sur les ailes du nez avec pour objectif de soulager la congestion nasale et les symptômes nocturnes qui y sont liés (qualité du sommeil et ronflements notamment). Les données concernant ces dispositifs restent cependant peu étoffées et rarement issues d’études randomisées contrôlées. Une récente méta-analyse a d’ailleurs écarté l’intérêt de telles bandelettes pour l’architecture du sommeil ou la somnolence. De nouvelles données sont donc attendues.

Méthodologie

Dans ces deux études randomisées, le dispositif Breathe Right ® était évalué chez des personnes adultes présentant un nez leptorhinien (très étroit) et une congestion nasale nocturne depuis au moins un an, associée à des troubles du sommeil. Ils ne devaient pas présenter de diagnostic d’apnée du sommeil, avoir une consommation limitée en produits contenant de la xanthine et ne pas être traités par traitements symptomatiques de la congestion ou des troubles du sommeil.

Ils étaient randomisés après une période de screening entre le dispositif et un placebo et l’évaluation était menée via plusieurs autoquestionnaires à 7 et 14 jours. L’efficacité a été notamment évaluée à l’aide du questionnaire de qualité de vie NRQLQ comportant 16 items regroupés en quatre domaines : '' troubles du sommeil '', ''problèmes de temps de sommeil'', ''symptômes au réveil'' et ''problèmes pratiques '' cotés de 0 (non perturbé) à 6 (extrêmement perturbé).

Principaux résultats

Les deux études ont inclus respectivement 140 et 128 patients, dont l’âge moyen était compris entre 45 et 48 ans et comportant entre 61 et 75% de femmes.

À 7 et 14 jours, il n'y avait pas de différence significative entre les deux groupes dans aucune des deux études, même si des améliorations significatives étaient observées avec le temps par rapport à l’inclusion dans chacun des groupes : ainsi, à J7 et J14, 91,4% et 92,9% des sujets du groupe bandelettes ont montré une amélioration dans le domaine ‘troubles du sommeil’ par rapport à l’inclusion dans la première étude, ainsi que 97,1% de ceux du groupe placebo aux deux temps d’évaluation (NS). Dans la seconde étude, ces chiffres étaient respectivement de 92,2% et 92,2 % contre 95,3% et 93,8% respectivement. Les réponses concernant les ‘symptômes au réveil’' étaient similaires entre les deux groupes mais améliorées avec le temps de suivi.

Principales limitations

Les paramètres d'évaluation étaient subjectifs.

Financement

L'étude a été sponsorisée par GlaxoSmithKline Consumer Healthcare.