Les baies pourraient réduire le risque de maladies cardiovasculaires


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude ayant examiné le lien entre des anthocyanines alimentaires, les flavonoïdes pourvus de pigments rouges que l’on trouve dans les baies et le risque de maladies cardiovasculaires (MCV) suggère que les anthocyanines, et plus particulièrement les anthocyanidines, pourraient réduire le risque de mortalité par maladie cardiaque coronaire (MCC) et par MCV. 

Les chercheurs ont examiné les données de 19 études ayant inclus 602 054 participants en Europe, en Australie et aux États-Unis et ont comparé la consommation d’anthocyanines alimentaires avec l’incidence des troubles liés à la MCC et aux MCV. 

La méta-analyse a suggéré que la consommation d’anthocyanines alimentaires est inversement liée à la mortalité par MCC (risque relatif [RR] = 0,91 ; IC à 95 % : 0,83–0,99 ; I2 = 12,0 ; Ph = 0,337) et par MCV (RR = 0,92 ; IC à 95 % : 0,87–0,97 ; I2 = 0,0 ; Ph = 0,584). Aucune relation n’a été constatée entre la consommation d’anthocyanines alimentaires et le risque d’accident vasculaire cérébral, d’infarctus du myocarde ou de MCV totales. 

Une analyse par sous-groupes a déterminé que la réduction du risque de mortalité par MCC et MCV était plus importante pour la consommation d’anthocyanidines que pour celle d’anthocyanines. 

Les auteurs recommandent, tant qu’il n’est pas possible de tirer de conclusions plus précises, que le régime alimentaire doive inclure des sources riches en anthocyanidines dans le cadre d’une alimentation variée composée de fruits et de légumes riches en autres composés bioactifs. 

Les résultats sont publiés dans la revue Critical Reviews in Food Science and Nutrition