Les autorités surveillent la flambée de poliomyélite aux Philippines


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les autorités des Philippines ont déclaré une flambée de poliomyélite, deux cas ayant été signalés jusqu’au 24 septembre, tous deux causés par un poliovirus de type 2 dérivé du vaccin (vaccine-derived poliovirus type 2, VDPV2). 

Le premier cas a été identifié chez une petite fille de trois ans au sud des Philippines. Le cas a été confirmé le 14 septembre à la suite du dépistage réalisé par le laboratoire national de la poliomyélite à l’Institut de recherche sur la médecine tropicale, l’Institut national des maladies infectieuses du Japon (National Institute of Infectious Diseases, NIID) et les Centres de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis (United States Centers for Disease Control and Prevention, CDC). 

Le second cas a été confirmé le 19 septembre chez un garçon de 5 ans. Des investigations et une caractérisation plus poussée du virus sont en cours.

Dans un communiqué, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que le risque actuel de propagation internationale à partir des Philippines est considéré comme faible. Elle a cependant précisé que le risque de nouvelle propagation au sein des Philippines est élevé, en raison de l’immunité limitée de la population et de la surveillance sous-optimale de la paralysie flasque aiguë (PFA).

L’OMS recommande que tous les voyageurs et les résidents des zones touchées par la poliomyélite reçoivent la vaccination complète contre la poliomyélite. Tous les pays, en particulier ceux ayant des échanges de voyageurs et des contacts fréquents avec les pays et les zones touchés par la poliomyélite, doivent renforcer la surveillance des cas de PFA afin de détecter toute importation du virus.