Les autorités enquêtent sur une mystérieuse maladie pulmonaire parmi des utilisateurs de cigarettes électroniques


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les autorités des États-Unis enquêtent sur 150 cas de maladie pulmonaire sévère, qui pourraient selon elles être liés à l’utilisation de cigarettes électroniques ou au vapotage. 

Entre le 28 juin et le 20 août, au moins 149 cas potentiels de maladie pulmonaire sévère associés à l’utilisation de produits liés aux cigarettes électroniques ont été rapportés par 15 États, principalement chez des adolescents et des jeunes individus.

Selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis (Centers for Disease Control and Prevention, CDC), dans un grand nombre de cas, les patients ont signalé un début progressif des symptômes, notamment des difficultés respiratoires, un essoufflement et/ou une douleur thoracique avant l’hospitalisation. Certains cas ont en outre rapporté une fatigue et une maladie gastro-intestinale d’intensité légère à modérée. 

Dans un communiqué, les CDC ont indiqué que les données probantes disponibles ne suggèrent pas qu’une maladie infectieuse est la cause principale de la maladie. Bien qu’une cause n’ait pas encore été identifiée, tous les cas signalés avaient utilisé des produits liés aux cigarettes électroniques ou avaient vapoté. 

Les CDC ont également noté que, dans de nombreux cas, les patients ont reconnu avoir récemment utilisé des produits contenant du tétrahydrocannabinol. Cependant, l’agence a précisé qu’aucun produit spécifique n’a été identifié pour l’ensemble des cas et qu’aucun produit n’a non plus été associé de façon concluante aux maladies. 

« Même si les cas semblent similaires, il n’est pas clairement établi si ces cas ont une cause commune ou s’il s’agit de maladies différentes avec des présentations similaires », ont déclaré les CDC.