Les autorités enquêtent sur l’épidémie de norovirus aux Jeux olympiques d’hiver


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les autorités coréennes, notamment le Comité d’organisation de PyeongChang des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver (PyeongChang Organizing Committee for the 2018 Olympic & Paralympic Winter Games, POCOG), les Centres coréens pour le contrôle et la prévention des maladies (Korean Centers for Disease Control and Prevention, KCDC) et le Centre de santé publique du comté de PyeongChang conduisent actuellement des enquêtes épidémiologiques conjointes en réponse à une épidémie de norovirus sur le lieu des Jeux olympiques d’hiver.

Un total de 177 cas de norovirus ont été confirmés sur place entre le 1er et le 11 février. Quarante-deux nouveaux cas ont été confirmés rien que pour la seule journée du 8 février, la plupart ayant été constatés chez les membres du personnel de sécurité du Centre Horeb pour les jeunes. Le 9 février, 11 nouveaux cas ont été confirmés, avec 19 cas confirmés les 10 et 11 février. 

Ces cas de norovirus interviennent alors que des milliers de personnes se rendent en Corée pour assister aux Jeux, qui continueront de se dérouler jusqu’au 25 février. Les Jeux paralympiques d’hiver se dérouleront quant à eux du 9 au 18 mars.

Les autorités ont mis en œuvre un certain nombre de mesures préventives comme la distribution de désinfectants pour les mains pour aider à stopper la propagation des infections, des inspections sanitaires des aires de restauration collectives et la surveillance des patients en cas de suspicion d’infection. Deux polycliniques et 52 postes médicaux ont été établis pour apporter des soins médicaux aux athlètes et aux visiteurs assistant aux Jeux.