Les attaques de sept établissements de santé en Syrie suscitent de vives préoccupations


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

De vives préoccupations ont été exprimées au sujet de rapports faisant état d’attaques de sept établissements de santé en Syrie entre le 28 et le 30 août. 

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), les établissements touchés comprennent quatre hôpitaux et deux centres de soins de santé en médecine générale, qui étaient fonctionnels au moment où ils ont été frappés. Au moins deux établissements ont été détruits. Sur les sept établissements ayant été signalés comme touchés, les attaques de quatre établissements ont été vérifiées conformément aux normes de rapport de l’OMS et trois sont en cours de vérification.

Dans un communiqué, l’OMS a déclaré que ces dernières attaques interviennent dans un contexte d’hostilités croissantes à l’intérieur et aux alentours de la province d’Idlib. Rien que durant le mois d’août, ce sont plus de 130 000 personnes qui ont été déplacées du nord du gouvernorat de Hama et du gouvernorat d’Idlib. 

« Ces opérations de déplacements forcés en continu, de dommages ou de destruction d’infrastructures civiles essentielles, tels que des établissements de santé, sont une réalité extrêmement préoccupante dans le conflit syrien. L’attaque rapportée d’une maternité et d’un hôpital pour enfants fournissant des services vitaux aux plus vulnérables qui sont touchés par le conflit est particulièrement choquante. L’OMS déplore toutes les actions qui portent préjudice aux civils et qui empêchent des personnes d’accéder à des services vitaux lorsqu’ils sont plus que jamais nécessaires », a indiqué le communiqué.