Les AOD hors AMM dans le cadre du thrombus du VG présentent un risque plus élevé d’embolie et d’AVC, par rapport à la warfarine

  • Robinson AA & al.
  • JAMA Cardiol
  • 22 avr. 2020

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les anticoagulants oraux directs (AOD) utilisés pour le traitement des thrombus du ventricule gauche (VG) sont associés à un risque accru d’accident vasculaire cérébral (AVC) ou d’embolie systémique (AVC–ES), par rapport à la warfarine.

Pourquoi est-ce important ?

  • Selon les auteurs, les résultats remettent en cause l’hypothèse selon laquelle les AOD seraient similaires à la warfarine pour le traitement de cette affection.
  • Un éditorial indique que l’étude « invite instamment à une meilleure compréhension des utilisations hors autorisation de mise sur le marché (AMM) » des AOD, et lance un appel à la conduite d’autres études.

Principaux résultats

  • 300 patients ont reçu de la warfarine, et 185 ont reçu un AOD.
    • 64 patients ont changé de traitement.
  • Durée médiane du suivi : 351 jours (intervalle interquartile : 51–866 jours).
  • Risque d’AVC–ES avec un AOD, par rapport à la warfarine :
    • Rapport de risque (RR) non corrigé : 2,71 (IC à 95 % : 1,31–5,57).
    • RR à l’analyse multivariée : 2,64 (IC à 95 % : 1,28–5,43).
  • La survenue antérieure d’un AVC ou d’une ES était également un facteur de risque.
  • Parmi les patients ayant fait l’objet d’un examen d’imagerie de suivi (69,3 %), l’utilisation d’un AOD, par rapport à la warfarine, n’était pas associée à la résolution du thrombus : 1,08 (IC à 95 % : 0,78–1,50).

Protocole de l’étude

  • Une étude rétrospective a été menée au sein de 3 centres universitaires de soins tertiaires, du 1er octobre 2013 au 31 mars 2019.
  • AOD : apixaban (n = 141), rivaroxaban (n = 46) et dabigatran (n = 9).
  • Critère d’évaluation : l’AVC–ES.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Limites

  • Étude rétrospective ; possibilité de facteurs de confusion non mesurés.