Les antidépresseurs sont associés à un risque accru de diabète gestationnel


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les antidépresseurs pourraient augmenter le risque de diabète sucré gestationnel (DSG). C’est ce que suggère une nouvelle recherche publiée dans la revue BMJ Open.

L’étude cas-témoins emboîtée a été menée au sein de la Cohorte de grossesses du Québec (QPC), au Canada, qui comprend des données sur toutes les grossesses et les enfants nés au Québec, de janvier 1998 à décembre 2015.

Les cas de DSG identifiés après la semaine 20 de grossesse ont été appariés de manière aléatoire à des témoins, selon un rapport de 1:10, en se basant sur l’âge gestationnel à la date de référence et sur l’année de grossesse. L’exposition aux antidépresseurs a été évaluée au moyen des prescriptions exécutées entre le début de la grossesse et la date de référence.

Les auteurs de l’étude rapportent que, parmi 20 905 cas et 209 050 témoins appariés, 9 741 femmes (4,2 %) ont été exposées à des antidépresseurs. Après une correction pour prendre en compte les facteurs de confusion potentiels, l’utilisation d’antidépresseurs a été associée à un risque accru de DSG (rapport de cotes corrigé [RCc] : 1,19 ; IC à 95 % : 1,08–1,30). Le risque était particulièrement élevé avec la venlafaxine (RCc : 1,27 ; IC à 95 % : 1,09–1,49) et l’amitriptyline (RCc : 1,52 ; IC à 95 % : 1,25–1,84).

Aucune association statistiquement significative n’a été observée pour les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine.

Les auteurs rapportent également que le risque de DSG était accru en cas d’une durée plus longue d’utilisation d’antidépresseurs, en particulier pour les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline et les antidépresseurs tricycliques, et d’utilisation combinée de deux classes d’antidépresseurs.