Les anticorps anti-SARS-CoV-2 subsistent pendant au moins quatre mois, selon des données islandaises

  • Gudbjartsson DF & al.
  • N Engl J Med
  • 1 sept. 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

  À retenir

  • Les anticorps anti-coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (anti-SARS-CoV-2) subsistent pendant au moins quatre mois, avec des niveaux d’anticorps plus élevés chez les personnes plus âgées et celles présentant une forme plus grave de la maladie.

Pourquoi est-ce important ?

  • La persistance des anticorps est prometteuse, étant donné que la séroprévalence des anticorps peut affecter la susceptibilité globale de la population à une seconde vague de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Principaux résultats

  • 30 576 échantillons sériques ont été prélevés.
  • 1 797 échantillons étaient positifs au SARS-CoV-2 au test de dépistage par réaction en chaîne par polymérase (Polymerase Chain Reaction, PCR).
  • 91,1 % des patients qui s’étaient rétablis (IC à 95 % : 89,4–92,6 %) étaient séropositifs.
  • Parmi les 487 patients ayant fait l’objet de mesures répétées de leurs niveaux d’anticorps, ces derniers ont augmenté au cours des 2 mois ayant suivi le diagnostic confirmé par PCR, avant d’atteindre un plateau pendant 2 mois.
  • 60,54 % des patients (1 088/1 797) étaient en quarantaine au moment où ils ont été testés positifs.
  • L’exposition au sein du foyer était associée à la séropositivité (rapport de cotes [RC] : 5,2 ; IC à 95 % : 3,3–8,0), par rapport à d’autres types d’exposition pour les personnes en quarantaine négatives au test par PCR/non testées (n = 4 222).
  • Globalement, 26,6 % des personnes en quarantaine étant exposées au sein de leur foyer étaient positives au SARS-CoV-2, contre 5,0 % des personnes en quarantaine n’étant pas exposées au sein de leur foyer.
  • Le fait d’être symptomatique, par rapport au fait d’être asymptomatique, a été associé (RC ; IC à 95 %) à :
    • la séropositivité : 3,2 (1,7–6,2) ;
    • un résultat positif au test par PCR : 18,2 (14,8–22,4).
  • Les niveaux d’anticorps anti-SARS-CoV-2 étaient le plus fortement associés à un âge plus avancé, à une hospitalisation et à la sévérité de la maladie.

Méthodologie

  • Une étude de surveillance populationnelle rétrospective a porté sur la séroprévalence des anticorps anti-SARS-CoV-2 et la durabilité de ces anticorps dans la population islandaise.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Le caractère généralisable des résultats est limité.
  • Méthodologie.