Les antibiotiques, couramment prescrits de manière inappropriée en consultations externes - résultats d'une étude sur plus de 500 000 prescriptions

  • Linder J. et coll.
  • IDWeek 2018
  • 1 oct. 2018

  • Par Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les praticiens ont prescrit des antibiotiques en l'absence de tout diagnostic d'infection dans près de la moitié des cas et une prescription sur cinq a été fournie sans consultation traditionnelle, d'après une recherche présentée à la récente réunion annuelle de la Société américaine des maladies infectieuses (IDWeek 2018).

L'étude, qui examinait pour la première fois la prescription globale d'antibiotiques en consultations externes aux États-Unis (É.-U.), a analysé 509 534 prescriptions fournies à 279 169 patients par 2 413 praticiens dans 514 centres de consultations externes sur une période de deux ans.

Les spécialités incluaient la médecine interne, l'obstétrique/gynécologie, la médecine générale, la dermatologie, la cardiologie et la gastro-entérologie en médecine de ville.

Les praticiens ont prescrit 46 pour cent d'antibiotiques en l'absence de tout diagnostic d'infection : 54 pour cent des prescriptions correspondaient à une infection, 29 pour cent étaient sans rapport avec une infection et 17 pour cent n'étaient associées à aucun diagnostic.

Les classes d'antibiotiques les plus fréquemment prescrites étaient les pénicillines (30 %), les macrolides (23 %), les céphalosporines (14 %), les fluoroquinolones (11 %), les tétracyclines (10 %) et les sulfonamides (6 %).

Les praticiens ont prescrit 20 pour cent des antibiotiques en dehors de toute consultation traditionnelle. Les prescriptions ont ainsi été obtenues dans le cadre d'une consultation traditionnelle (80 %), d'une consultation téléphonique (10 %), d'un achat de médicaments par correspondance (4 %), d'un renouvellement d'ordonnance (4 %) et d'un portail en ligne (1 %). Les auteurs de l'étude détermineront les prescriptions appropriées parmi celles susmentionnées lors d'une prochaine phase de la recherche.

« Bien que depuis 40 ans, des essais contrôlés randomisés montrent que les antibiotiques ne soulagent pas la plupart des toux et des sinusites, de nombreuses personnes sont convaincues que leur santé ne pourra pas s'améliorer sans antibiotique et appellent leur médecin dans ce but précis », a déclaré le Dr Jeffrey Linder, auteur principal de l'étude. « Lorsque les consultations sont surchargées, le plus efficace reste malheureusement d'appeler pour obtenir une prescription d'antibiotiques. Nous devons continuer à décortiquer les données, mais nous pensons qu'un grand nombre d'antibiotiques sont prescrits en cas de rhume, de grippe et de symptômes non spécifiques, comme un sentiment de mal-être... et les antibiotiques ne sont d'aucun secours dans ces cas-là. »