Les allergiques à la pénicilline ont un risque accru d'infection à SARM et à C. difficile

  • Blumenthal KG & al.
  • BMJ
  • 27 juin 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon l’analyse de la base de données britanniques THIN, regroupant 11 millions d’adultes, les patients déclarés comme allergiques à la pénicilline ont un risque supérieur d’être infectés par SARM ou Clostridium difficile : durant un suivi de 6 ans, l’incidence respective de ces deux infections est augmentée de 69% et de 26% par rapport à une cohorte appariée de sujets non allergiques.
  • Selon ces résultats, plusieurs classes antibiotiques alternatives exposaient à un risque supérieur d’infection : il s’agissait surtout de la clindamycine (taux de risque ajusté TRa : 2,97 et 2,76 pour SARM et C. difficile), les fluoroquinolones (2,38 et 1,72) et les macrolides (1,72 et 1,30). Or, ces différentes classes thérapeutiques étaient respectivement prescrites 2 à 4 fois plus dans cette population.
  • Pris globalement, ces résultats montrent combien, à titre individuel et collectif, le risque associé à une prescription alternative, parfois inappropriée, peut accroître le risque ambulatoire ou hospitalier de contracter une infection difficile à traiter. Les auteurs suggèrent que les allergies déclarées à la pénicilline soient confirmées par des tests appropriés et que les sujets à risque allergique réel et immédiat (anaphylaxie) soient distingués des allergies non immédiates et pour lesquelles des bêta-lactamines pourraient dans certains cas être prescrites.

Pourquoi est-ce important ?

On estime que 5 à 16% de la population est allergique à la pénicilline, mais tous ne sont pas concernés par des allergies immédiates d’hypersensibilité. Certains patients peuvent avoir été déclarés allergiques sur des critères cliniques erronés et d’autres, peuvent perdre leur hypersensibilité au cours du temps. Aussi, les antibiothérapies alternatives sont souvent envisagées à tort, augmentant les risques d’antibiorésistance et d’infections à risque.

Principaux résultats

  • Au total, 64.141 sujets déclarés allergiques à la pénicilline ont été suivis 6 ans à partir de la date index du diagnostic d’allergie et comparés au suivi de 237.258 sujets appariés non allergiques. Ils présentaient des profils sociodémographique, d’hygiène de vie et médical similaire, hormis la présence plus importante d’autres allergies antibiotiques chez les sujets allergiques à la pénicilline.
  • Les allergies étaient décrites comme étant une intolérance ou liée à des évènements indésirables dans 14,5% et 11,1% des cas.
  • Au total, la cohorte index a présenté 442 infections par SARM et 442 infections par C. difficile (CD), contre respectivement 923 et 1.246 dans la cohorte appariée. Le risque de présenter une infection SARM ou à CD était supérieur chez les sujets allergiques, avec un hazard ratio de 1,69 [1,51-1,90] et 1,26 [1,12-1,40] par rapport aux autres, durant le suivi de 6 ans suivant la date index du diagnostic d’allergie. Les premiers présentaient ainsi une différence de risque ajustée de 49 et 27 cas d’infections par SARM ou CD pour 100.000 personnes-années par rapport aux autres.
  • Les sujets allergiques avaient un risque accru d’infection à SARM ou à CD en cas de traitement par la clindamycine (taux de risque ajusté TRa : 2,97 [2,11-4,16] et 2,76 [2,0-3,81] respectivement), par les fluoroquinolones (2,38 [2,12-2,67] et 1,72 [1,54-1,93]) et par les macrolides (1,72 [1,54-1,91] et 1,30 [1,18-1,34]).

Méthodologie

Les chercheurs ont conduit l’analyse à partir des sujets de 18 ans et plus issus de l’étude THIN sans antécédents de SARM ou de CD avant l’étude. Pour chacun des sujets déclarés allergiques, 5 personnes lui étaient appariées selon l’âge, le sexe, la date index. Les cas incidents de SARM et de CD ont été recensés durant les 6 années de suivi dans les deux cohortes ainsi que les traitements antibiotiques ayant été suivis.

Principales limitations

Certains cas de SARM ou de CD ont pu ne pas être déclarés.

Financement

L'étude a été financée par plusieurs structures américaines.