Les aliments riches en flavonoïdes protègent contre les maladies cardiaques et le cancer


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche publiée dans la revue Nature Communications suggère que l’augmentation de la consommation d’aliments riches en flavonoïdes, comme les pommes, le thé et les poires, pourrait aider à réduire la mortalité, en particulier chez les fumeurs et les gros consommateurs d’alcool.

Pour les besoins de l’étude, les chercheurs ont exploré l’association de la consommation totale de flavonoïdes et de sous-classes de flavonoïdes avec la mortalité toutes causes confondues, la mortalité liée aux maladies cardiovasculaires (MCV) et la mortalité liée aux cancers chez 56 048 participants de la cohorte danoise « Alimentation, cancer et santé » qui ont été suivis sur une période de 23 ans. 

Au total, 14 083 participants sont décédés d’une cause quelconque pendant les 1 085 186 personnes-années de suivi. L’étude a révélé qu’une consommation habituelle modérée de flavonoïdes était inversement associée à la mortalité toutes causes confondues, à la mortalité liée aux MCV et à la mortalité liée aux cancers. Les auteurs ont noté que cette association a plafonné à environ 500 mg/jour pour la mortalité toutes causes confondues et la mortalité liée aux MCV et à environ 1 000 mg/jour pour la mortalité liée aux cancers.

Les associations étaient plus fortes chez les fumeurs actuels et chez ceux qui consommaient, en moyenne, plus de 20 g d’alcool (deux verres standard) par jour. Par ailleurs, un risque plus faible a été observé dans ces groupes en cas de consommations plus élevées.

« Ces résultats soulignent la possibilité d’améliorer la santé de la population par le biais de recommandations sur l’alimentation afin d’assurer une consommation adéquate d’aliments riches en flavonoïdes, en particulier dans ces populations à haut risque », ont conclu les auteurs.