Les 1.000 premiers jours : une ambition vertueuse de taille !

  • Sutter-Dallay AL
  • Gynecol Obstet Fertil Senol
  • 7 janv. 2021

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

En septembre 2020 le rapport de la commission des 1.000 premiers jours était rendu public1. Dans un éditorial de la revue Gynécologie Obstétrique Fertilité & Sénologie, A.-L. Sutter-Dallay, du réseau de psychiatrie périnatal du centre hospitalier Charles Perrens de Bordeaux rappelait que la commission a introduit ces travaux en soulignant que « les connaissances autour de l’importance des liens précoces ont montré que le bébé est aussi initiateur de la parentalité, consacrant une part conséquente de son activité à s’assurer de la proximité et de l’attention de ses parents, gages de son sentiment de sécurité ».

Le rapport de la commission insiste notamment sur la cohérence des discours de santé publique pour les 1.000 premiers jours de l’enfant. Les données scientifiques confortent l’intérêt de la qualité des interactions et de l’environnement de l’enfant, la fréquence des troubles psychiques périnataux et des violences conjugales.

Pour aider les parents à absorber ces informations, des campagnes d’informations régulières ou une « semaine des 1.000 jours » pourraient prochainement être proposées. Un parcours avec accompagnement médico-psychosocial familial dès l’entretien prénatal précoce est prévu. Le souhait de créer des « maisons des 1.000 jours » est également souligné. 

La volonté est de favoriser la mise en place d’une spirale interactive vertueuse autour de la triade parents-enfant par le soutien et des soins spécifiques des parents et des enfants. Il s’agit d’une approche préventive : primaire, secondaire, tertiaire. Ce « parcours 1.000 jours » s’adresse à tous les parents, et en particulier aux publics vulnérables (enfants avec troubles du neuro-développement, prématurité et handicap ou parents en situation de dépression périnatale, de violence, de grande précarité, …Il vise à mettre à disposition des informations pertinentes et adaptées à chaque étape ainsi qu’aux spécificités de l’enfant et de ses parents.

La coordination du parcours des familles en période périnatale telle que proposée appelle à revoir le périmètre d’action d’un certain nombre d’intervenants actuels et à un décloisonnement des soins périnataux entre les acteurs de ville et l’hôpital. La part de la formation des professionnels qui œuvrent autour de la triade parents-enfant durant cette période clé est également un élément fondamental de succès. Ce projet porte également l’ambition d’améliorer les connaissances sur les 1.000 jours de l’enfant en investissant sur la recherche fondamentale et appliquée.