Leptospirose : qui vacciner ?


  • Fanny Le Brun
  • Résumé d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

A retenir :

  • La leptospirose est une zoonose due à un groupe de bactéries, les leptospires, transmise à l’Homme par l’urine des animaux contaminés
  • Elle peut se manifester comme une grippe mais aussi se compliquer d’atteintes de différents organes voire conduire au décès
  • La vaccination par Spirolept® peut être proposée aux personnes susceptibles d’être en contact avec un environnement contaminé

La leptospirose est due à un groupe de bactéries : les leptospires. C’est une zoonose, c’est-à-dire une maladie transmise à l’Homme par un animal suite au contact de la peau lésée ou des muqueuses, mêmes saines (œil, bouche, nez) avec les urines d’animaux infectés, en particulier les rongeurs, ou avec une eau douce souillée par les urines d’animaux infectés. Outre les rongeurs, les animaux d’élevage ou de compagnie peuvent aussi être infectés.

Au niveau mondial, cette infection pourrait être à l’origine de 1 million de cas par an, dont 60 000 décès, soit une mortalité quatre fois supérieure à celle de la dengue. Décrite depuis longtemps dans les départements et collectivités d’outre-mer, la leptospirose y est un problème de santé publique significatif : endémicité soutenue, recrudescence saisonnière, voire épidémies consécutives à des évènements climatiques de type cyclones.

Cette maladie est rare en France métropolitaine mais une hausse du nombre de cas a été récemment observée (de 300 cas par an habituellement à 628 cas en 2014). Cette augmentation pourrait être liée au « changement climatique », au développement des activités de loisir en eau douce ou tout simplement à une meilleure surveillance épidémiologique…

La leptospirose peut se manifester comme une grippe (fièvre élevée, courbatures, douleurs articulaires, maux de tête…) mais peut aussi se compliquer d’atteintes de différents organes (foie, poumons, cerveau, reins…) et s’accompagner d’un ictère. Outre le traitement antibiotique, une hospitalisation peut être nécessaire, parfois en réanimation (cas graves pour lesquels le décès survient dans 5 à 10% des cas).

En population générale, la vaccination peut être proposée pour les personnes susceptibles d'être en contact avec un environnement contaminé du fait de la pratique régulière et durable d’une activité de loisir exposant spécifiquement au risque :

  • Baignade, plongée ou pêche en eau douce,
  • Canoë-kayak, rafting, triathlon et autres sports de nature, notamment ceux qui font intervenir des contacts fréquents avec un environnement humide.

En milieu professionnel, la vaccination est recommandée dans des situations particulières, au cas par cas, aux personnes exerçant une activité exposant spécifiquement au risque de contact fréquent avec des lieux infestés par les rongeurs, comme par exemple :

  • Curage et/ou entretien de canaux, étangs, lacs, rivières, voies navigables, berges,
  • Activités liées à la pisciculture en eaux douces,
  • Travail dans les égouts, dans certains postes exposés des stations d’épuration,
  • Certaines activités spécifiques en eaux douces pratiquées par les pêcheurs professionnels, plongeurs professionnels, gardes-pêches,
  • Certaines activités spécifiques aux COM-ROM (ex DOM-TOM).

La vaccination peut également être proposée aux voyageurs se rendant régulièrement ou durablement dans des lieux où la leptospirose est présente, notamment s’ils pratiquent sur place la randonnée en zones de rizières, le rafting, le canyoning, la plongée en eau douce…

Dans tous les cas, la vaccination sera proposée après s’être assuré de la mise en œuvre des mesures de protection générales et individuelles et après information sur la maladie, les comportements à risque et sur l’efficacité relative du vaccin.

Le seul vaccin contre la leptospirose disponible en France est Spirolept® qui ne protège que contre une forme de leptospirose (Leptospira icterohaemorrhagiae) et n’est pas remboursé. Le schéma vaccinal comprend 2 injections à 15 jours d’intervalle, un rappel quatre à six mois plus tard puis tous les deux ans, si l’exposition persiste.