Le yoga réduit la sévérité des symptômes de la polyarthrite rhumatoïde


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les résultats d’un nouvel essai ayant examiné les effets du yoga sur les patients atteints d’une polyarthrite rhumatoïde (PR) et de dépression comorbide suggèrent que le yoga pourrait réduire la sévérité des symptômes physiques et psychologiques de la PR. 

L’essai a inclus 72 patients qui ont été affectés de manière aléatoire à 8 semaines d’intervention esprit-corps (IEC) basée sur le yoga avec la prise d’antirhumatismaux modificateurs de la maladie (ARMM) ou à un groupe témoin (ARMM uniquement). Les patients du groupe yoga ont pratiqué le programme IEC 120 minutes par jour et 5 jours par semaine pendant la période de 8 semaines. Des échantillons de sang ont été prélevés avant et après l’intervention afin de réaliser des mesures de biomarqueurs systémiques pour le critère d’évaluation principal.

Au suivi, une diminution significative de la sévérité de la PR dans le groupe yoga a été constatée, avec une réduction de divers marqueurs inflammatoires systémiques ainsi que du taux de sédimentation érythrocytaire du score de l’activité de la maladie basé sur 28 articulations (Disease Activity Score 28 Erythrocyte Sedimentation Rate, DAS28ESR) et de l’indice d’incapacité du questionnaire d’évaluation de la santé (Health Assessment Questionnaire Disability Index, HAQ-DI). Le groupe yoga a également présenté un déclin graduel significatif sur le plan statistique des symptômes dépressifs au cours de la période de huit semaines, par rapport au groupe des soins habituels. 

Écrivant dans la revue Restorative Neurology and Neuroscience, les auteurs ont déclaré : « Le yoga pourrait aider à parvenir à la tolérance immunologique et à la rémission moléculaire, et ainsi s’avérer bénéfique en tant que traitement adjuvant dans le cadre de la prise en charge de cette maladie incapacitante grave. »