Le yoga en pleine conscience : vers une approche plus holistique de la réadaptation des parkinsoniens

  • Kwok JYY & al.
  • JAMA Neurol
  • 8 avr. 2019

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Chez les patients atteints de maladie de Parkinson légère à modérée, le yoga en pleine conscience apparaît comme une stratégie de coping sûre et efficace pour faire face aux difficultés physiques et psychiques liées à la maladie. Comparé aux exercices de réadaptation fonctionnelle classiques (étirements, résistance), le yoga en pleine conscience améliore de façon significative les troubles anxiodépressifs, le bien-être psychique et la qualité de vie liée à la santé, avec un bénéfice clinique comparable sur les symptômes moteurs et la mobilité. Il est intéressant de noter que les bénéfices semblent se maintenir et même s’amplifier sur la durée, suggérant un renforcement des compétences de coping. Des résultats à confirmer par des études à plus long terme.

Pourquoi cette étude a-t-elle été réalisée ?

Le stress psychologique et la dépression sont fréquents dans la maladie de Parkinson et associés à une altération de la vie socio-professionnelle, à un déclin physique et cognitif plus rapide, ainsi qu’à une augmentation du risque de démence et de la mortalité. Mais ces difficultés sont souvent insuffisamment prises en compte. En plus des exercices physiques de réadaptation, des approches non médicamenteuses, en particulier corps-esprit, commencent à être envisagées pour améliorer le bien-être physique et global des patients. Mais l’impact de ces nouvelles approches sur le fonctionnement psychosocial et la qualité de vie des patients, a été encore peu évalué. Une équipe de l’université de Hong Kong a donc souhaité comparer les exercices d’étirement et de résistance utilisés en réadaptation physique classique au yoga en pleine conscience, sur le stress psychologique, la santé physique, le bien-être psychique et la qualité de vie liés à la santé chez les patients souffrant de maladie de Parkinson légère à modérée.

Méthodologie

Cet essai clinique en simple aveugle a été réalisé auprès de 4 centres de réadaptation fonctionnelle à Hong Kong. Il a inclus des adultes souffrant de maladie de Parkinson idiopathique capables de rester debout sans aide, utilisant ou non un dispositif d’aide à la marche. Ils ont ensuite été randomisés en deux groupes, l’un bénéficiant d’une réadaptation classique en séances de 60 minutes par semaine durant 8 semaines (groupe contrôle), l’autre de séances de yoga en pleine conscience de 90 minutes en groupe sur la même durée. Dans ce groupe, les patients étaient également encouragés à pratiquer 20 minutes deux fois par semaine à leur domicile. Les participants étaient évalués à l’inclusion, puis juste après l’intervention à 8 semaines (T1), puis 3 mois après l’intervention (T2).

Résultats 

  • Au final, 138 participants ont pu être inclus dans l’étude, 71 dans le groupe expérimental et 67 dans le groupe contrôle. L’âge moyen était de 63,6 ans, le score UPDRS moyen de 33,3 et 47,1% étaient des hommes. Les participants ont suivi en moyenne 6 des séances prévues dans les deux groupes.
  • Après analyse, les sujets du groupe yoga ont montré une amélioration significativement plus importante des symptômes anxieux et dépressifs sur l’échelle HAD qui constituaient les critères principaux d’évaluation par rapport au groupe contrôle, interaction temps-groupe pour l’anxiété T1 : ß -1,79 [ -2,85 à -0,69], p=0,001 ; et T2 ß -2,05 [ICP95% -3,02 à -1,08], p
  • Concernant les critères secondaires, le groupe Yoga montrait une amélioration des symptômes moteurs sur l’échelle MDS-UPDRS (non significative), ainsi que du bien-être mesuré par la perception des difficultés, de la stabilité de l’humeur et de la qualité de vie, sur les deux temps de mesure.
  • Par ailleurs aucun effet indésirable grave n’a été signalé dans les deux groupes.

Limitations

Les participants connaissaient leur groupe d’attribution.

La prédominance de femmes dans le groupe contrôle a pu influencer les résultats car elles sont plus réceptives aux approches corps-esprit.