Le yaourt pourrait réduire le risque de cancer du côlon chez les hommes

  • Zheng X & al.
  • Gut
  • 17 juin 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La consommation de yaourt est associée à un risque plus faible de lésions intestinales précancéreuses chez les hommes, mais pas chez les femmes. 

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude est la première à évaluer les associations entre la consommation de yaourt et les précurseurs du cancer du côlon.

Protocole de l’étude

  • Une étude prospective a été menée auprès de 32 606 hommes inclus dans l’Étude de suivi des professionnels de santé et de 55 743 femmes incluses dans l’Étude sur la santé du personnel infirmier ayant fait l’objet d’endoscopies digestives basses entre 1986 et 2012.
  • Financement : diverses sources extérieures à l’industrie pharmaceutique.

Principaux résultats

  • 5 811 adénomes sont survenus chez les hommes et 8 116 chez les femmes.
  • Les hommes qui consommaient au moins 2 yaourts par semaine présentaient un risque plus faible d’adénomes conventionnels (rapport de cotes [RC] : 0,81 ; Ptendance = 0,01), et l’association était plus forte pour les adénomes à fort potentiel malin (RC : 0,74 ; Ptendance = 0,01).
    • L’association était forte pour les adénomes du côlon (RC : 0,82 ; Ptendance = 0,01) et non significative pour les adénomes du rectum (Ptendance = 0,95).
    • Aucune association à des lésions festonnées n’a été observée dans l’ensemble, mais un risque plus faible de lésions de 1 cm ou plus a été observée (RC : 0,48 ; Ptendance = 0,04).
  • Aucune association n’a été observée entre la consommation de yaourt et le risque d’adénome chez les femmes.

Limites

  • Protocole observationnel.