Le VPH est associé aux cancers oropharyngés : les femmes et les personnes non blanches ne sont pas épargnées

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

IMPORTANCE Le virus du papillome humain (VPH) est la cause d’une proportion croissante de carcinomes épidermoïdes oropharyngés (CEOP), en particulier chez les hommes blancs. La prévalence du VPH parmi les autres groupes démographiques et autres sites anatomiques du CETC n’est pas claire.

OBJECTIF Explorer le rôle du statut tumoral du VPH chez les femmes et les personnes non blanches atteintes d’un CEOP et chez les patients atteints d’un carcinome épidermoïde de la tête et du cou
non oropharyngé (CETC non OP).

CONCEPTION, CONTEXTE ET PARTICIPANTS  Étude de cohorte rétrospective menée dans deux centres universitaires tertiaires portant sur des cas diagnostiqués entre 1995 et 2012, avec suréchantillonnage pour les minorités et les femmes. Un échantillon aléatoire stratifié de 863 patients ayant récemment reçu un diagnostic de CE de la cavité buccale, de l’oropharynx, du larynx ou du nasopharynx a été utilisé.

PRINCIPAUX RÉSULTATS ET MESURES  Les résultats étaient le statut du VPH mesuré par analyse immunohistochimique de la p16, hybridation in situ (HIS) d’ADN du VPH16 et HIS de l’ARNm du VPH E6/E7 à haut risque.

RÉSULTATS  Parmi les 863 patients, 551 (63,9 %) étaient des hommes dont l’âge médian était de 58 ans (écart interquartile : 51–68 ans). Parmi les 240 CEOP, 144 (60 %) étaient positifs pour p16 (p16+), 115 (48 %) étaient positifs pour l’HIS d’ADN du VPH16 (HIS16+) et 134 (56 %) étaient positifs pour tout type de VPH oncogénique (HIS+). Entre 1995 et 2012, la proportion de CEOP p16+ a augmenté de manière significative chez les femmes (de 29 à 77 % ; P = 0,005 pour la tendance) et les hommes (de 36 à 72 % ; P < 0,001 pour la tendance), ainsi que chez les personnes blanches (de 39 à 86 % ; P < 0,001 pour la tendance) et les personnes non blanches (de 32 % à 62 % ; P = 0,02 pour la tendance). Des résultats similaires ont été observés pour les CEOP HIS+ (P   ≤  0,01 pour tous). Parmi les 623 CETC non OP, une proportion plus élevée était p16+, comparativement à HIS+ (62 [10 %] contre 30 [5 %] ; P = 0,001). Une proportion élevée (26 sur 62 [42 %]) de ces CETC non OP p16+ a été découverte dans des ...