Le vériciguat entraîne une réduction des décès et des hospitalisations dans le cadre de l’ICFEr

  • Armstrong PW & al.
  • N Engl J Med
  • 14 mai 2020

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre de l’insuffisance cardiaque (IC) avec fraction d’éjection réduite (ICFEr), le vériciguat permet d’obtenir une réduction des décès d’origine cardiovasculaire et des hospitalisations chez les patients nécessitant des soins urgents.
  • Le nombre de patients à traiter ayant été identifié dans cet essai est d’environ 24 patients.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces patients présentant une IC décompensée récente nécessitent des options de traitement qui améliorent un pronostic potentiellement défavorable.

Principaux résultats

  • Suivi médian : 10,8 mois.
  • 35,5 % des patients du groupe du médicament, contre 38,5 % des patients du groupe du placebo, ont présenté un événement du critère d’évaluation principal (un décès d’origine cardiovasculaire ou une première hospitalisation pour cause d’IC).
    • Rapport de risque (RR) : 0,90 (IC à 95 % : 0,82–0,98).
  • Les taux d’hospitalisation pour cause d’IC étaient de 27,4 % avec le vériciguat, contre 29,6 % avec le placebo.
    • RR : 0,90 (IC à 95 % : 0,81–1,00).
  • Les taux de mortalité d’origine cardiovasculaire étaient de 16,4 % avec le médicament, contre 17,5 % avec le placebo.
    • RR : 0,93 (IC à 95 % : 0,81–1,06).
  • Les événements indésirables comprenaient l’hypotension symptomatique (9,1 % avec le médicament, contre 7,9 % avec le placebo) et la syncope (4,0 % avec le médicament, contre 3,5 % avec le placebo), et n’ont pas différé significativement entre les groupes.
  • L’anémie était plus fréquente avec le médicament qu’avec le placebo : 7,6 %, contre 5,7 %.
    • Les cas d’anémie considérés comme graves étaient plus fréquents avec le médicament qu’avec le placebo : 1,6 %, contre 0,9 %.

Protocole de l’étude

  • Un essai de phase III, randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo a inclus 5 050 patients entre le 25 septembre 2016 et le 21 décembre 2018, dans 616 centres répartis dans 42 pays.
  • Financement : MSD ; Bayer.

Limites

  • Le rôle du vériciguat chez les patients prenant des médicaments contre le diabète n’a pas été abordé.