Le troisième cycle des études de médecine varie de manière significative entre les différents pays d’Europe


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un nouveau rapport s’est penché sur l’organisation, la régulation et la mise en œuvre actuelles du troisième cycle des études de médecine dans les pays européens et il a identifié des différences significatives. 

Vingt-deux pays membres de l’Association européenne des médecins en formation (European Junior Doctors, EJD) ont été évalués dans des domaines tels que la candidature aux programmes d’internat, la régulation du nombre de postes en troisième cycle et l’organisation de la formation. 

Les résultats ont révélé que l’internat est basé sur la durée dans environ la moitié des pays, tandis qu’il est totalement basé sur les compétences dans deux pays. 

Si la majorité des pays ont rapporté que des évaluations sont réalisées au cours du programme d’internat, ce n’est pas le cas dans quatre pays. 

Les médecins en formation partagent la responsabilité légale des décisions cliniques avec leur responsable dans 60 % des pays, tandis que le responsable porte l’entière responsabilité des décisions du médecin en formation au cours de l’intégralité de l’internat dans 18 % des pays. 

Dans un tiers des pays, les internes ont rapporté pouvoir changer de spécialité facilement, mais les options sont plus limitées dans d’autres. En Italie, il est impossible de changer de spécialité au cours de l’internat. 

Les auteurs ont conclu qu’il est nécessaire de faire de la qualité des programmes d’internat et des évaluations une priorité, afin que la qualité de la formation de troisième cycle continue à progresser dans l’ensemble des pays européens à l’avenir.