Le traitement thrombolytique est associé à une réduction des décès dans le cadre de l’EP aiguë, selon une revue Cochrane

  • Zuo Z & al.
  • Cochrane Database Syst Rev

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Pour les patients atteints d’une embolie pulmonaire (EP) aiguë, un traitement thrombolytique peut réduire la mortalité, par rapport à l’héparine, au prix d’effets secondaires potentiellement plus graves, mais les données probantes sont incertaines.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les thrombolytiques peuvent agir plus rapidement que l’héparine, mais les saignements constituent une complication dangereuse.
  • Les données sur les bénéfices à long terme après l’utilisation de thrombolytiques dans le cadre de l’EP sont rares.

Méthodologie

  • Une revue systématique et une méta-analyse ont été réalisées à partir de 21 essais contrôlés randomisés menés auprès de patients atteints d’une EP aiguë (n = 2 401).
  • Les essais ont comparé un traitement thrombolytique associé à l’héparine à des traitements témoins (de l’héparine seule, de l’héparine associée à un placebo, ou une chirurgie).
  • Trois nouveaux essais ont été inclus depuis la version précédente.
  • Financement : gouvernement écossais ; Centre Cochrane chinois ; Hôpital de Chine occidentale de l’Université du Sichuan ; autres.

Principaux résultats

  • Risque de biais élevé ou non clairement établi dans la plupart des études.
  • Rapport de cotes (RC ; IC à 95 %) pour les thrombolytiques/l’héparine, par rapport aux traitements témoins :
    • Décès toutes causes confondues (7 jours–12 mois) : 0,58 (0,38–0,88 ; 19 études, n = 2 319 ; données probantes de faible certitude).
    • EP récurrente (7 jours–12 mois) : 0,54 (0,32–0,91 ; 12 études, n = 2 050 ; données probantes de faible certitude).
    • Hémorragie majeure (7 jours–12 mois) : 2,84 (1,92–4,20 ; 15 études, n = 2 101 ; données probantes de certitude modérée).
    • Hémorragie mineure (7 jours–12 mois) : 2,97 (1,66–5,30 ; 13 études, n = 1 757 ; données probantes de faible certitude).
    • Accident vasculaire cérébral hémorragique : 7,59 (1,38–41,72 ; 2 études, n = 1 091).
  • Après l’exclusion de six études ayant un risque de biais élevé, la différence concernant la mortalité s’est affaiblie :
    • RC des décès de 0,71 (0,45–1,13 ; 13 études, n = 2 046).

Limites

  • Risque de biais élevé.
  • Hétérogénéité entre les études. 
  • Faibles nombres de patients pour certaines analyses.