Le traitement par testostérone protège contre les décès d’origine cardiovasculaire chez les hommes atteints d’hypogonadisme

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Les résultats d’une nouvelle étude suggèrent que le traitement par testostérone (TT) à long terme pourrait réduire le risque de décès d’origine cardiovasculaire (CV).

Dans l’étude de registre prospective, observationnelle et multicentrique portant sur 656 hommes ayant des taux de testostérone totale de 12,1 nmol/l ou inférieurs et des symptômes d’hypogonadisme, 360 ont reçu de l’undécanoate de testostérone (UT) par voie parentérale pendant 10 ans au maximum. 

Les résultats, publiés dans la revue Journal of Cardiovascular Pharmacology and Therapeutics, rapportent que deux décès sont survenus dans le groupe faisant l’objet du TT, aucun n’étant lié à des événements CV. Dans le groupe témoin n’ayant pas reçu de traitement, 21 décès ont été constatés, dont 19 liés à des événements CV. Dans le groupe témoin, 26 infarctus du myocarde non mortels et 30 accidents vasculaires cérébraux non mortels sont survenus, tandis qu’aucun de ces événements n’est survenu dans le groupe recevant le TT.

« Le faible nombre d’événements CV observés dans le groupe recevant de la testostérone, par rapport au groupe n’ayant pas reçu de traitement, suggère fortement qu’un TT a un effet protecteur. Nous pensons que cet effet protecteur de la testostérone sur le système CV donne aux cliniciens la possibilité de recourir à cette approche pour la prévention secondaire auprès des hommes atteints d’hypogonadisme ayant des antécédents d’événements CV », a expliqué le coauteur Abdulmaged M. Traish.