Le taux de réponse à l’erdafitinib atteint 40 % dans le cadre du cancer urothélial avancé

  • Loriot Y & al.
  • N Engl J Med
  • 25 juil. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un inhibiteur du récepteur du facteur de croissance fibroblastique (Fibroblast Growth Factor Receptor, FGFR) démontre un taux de réponse de 40 % chez les patients atteints d’un carcinome urothélial localement avancé ou métastatique présentant des altérations du FGFR et qui ont progressé sous traitement antérieur.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les altérations du FGFR sont fréquentes dans le cadre du cancer urothélial.
  • Ces résultats ont permis d’accélérer l’autorisation de l’erdafitinib par la FDA pour ces patients.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase II BLC2001, menée en ouvert, portait sur l’administration quotidienne continue d’erdafitinib par voie orale chez 99 patients atteints d’un carcinome urothélial localement avancé ou métastatique, présentant des altérations du FGFR et qui avaient progressé sous chimiothérapie.
  • Financement : Janssen Research and Development.

Principaux résultats

  • Au moment de la date limite de collecte des données, la durée de suivi médiane était de 11,0 mois.
  • Le nombre médian de cycles mensuels d’erdafitinib était de 5 ; la durée médiane du traitement était de 5,3 mois.
  • Le taux de réponse confirmée au traitement par erdafitinib était de 40 % (réponse complète : 3 % ; réponse partielle : 37 %).
  • Le taux de réponse complète était de 59 % chez les patients ayant progressé sous immunothérapie (n = 22).
  • La SSP médiane était de 5,5 mois (IC à 95 % : 4,2–6,0) et la SG médiane était de 13,8 mois (IC à 95 % : 9,8–non atteinte).
  • Le taux d’événements indésirables de grade supérieur ou égal à 3 liés au traitement était de 46 %.
  • 13 patients ont arrêté le traitement en raison d’événements indésirables.
  • Les événements indésirables fréquents de grade supérieur ou égal à 3 étaient l’hyponatrémie (11 %), la stomatite (10 %) et l’asthénie (7 %).

Limites

  • Absence d’un groupe comparateur actif.