Le suivi à 20 ans d’un ECR révèle qu’un régime pauvre en matières grasses permet de réduire le taux de décès liés au cancer du sein

  • Chlebowski RT & al.
  • J Clin Oncol
  • 7 févr. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • À long terme, un régime pauvre en matières grasses est associé à une réduction de 21 % des décès attribuables au cancer du sein.
  • Ces résultats sont issus d’un essai contrôlé randomisé (ECR), réalisé à partir de l’Initiative pour la santé des femmes (WHI) aux États-Unis, avec près de 20 ans de suivi.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats suggèrent qu’un régime pauvre en matières grasses initié avant la survenue du cancer du sein pourrait offrir un bénéfice, comparativement à un régime alimentaire habituel, pour réduire les décès attribuables au cancer du sein.

Protocole de l’étude

  • Dans le cadre de l’essai sur la modification du régime alimentaire de la WHI, des femmes sans cancer du sein, dont la consommation de graisses alimentaires représentait au moins 32 % des apports énergétiques, ont été affectées de manière aléatoire à un régime pauvre en matières grasses (consommation de graisses alimentaires représentant 20 % des apports énergétiques, avec plus de légumes, de fruits et de céréales ; n = 19 541) ou à leur régime alimentaire habituel (consommation de graisses représentant au moins 32 % des apports énergétiques ; n = 29 294), pendant 8,5 ans.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • Après 19,6 ans de suivi, aucune différence n’a été observée entre les groupes au niveau de l’incidence de cancer du sein : 
    • rapport de risque (RR) : 0,95 (IC à 95 % : 0,89–1,02).
  • Après une durée de suivi médiane de 19,6 ans, le groupe à régime pauvre en matières grasses, comparativement au groupe à régime alimentaire habituel, a obtenu :
    • un taux de décès après un cancer du sein plus faible :
      • 0,12 %, contre 0,14 % (RR : 0,85 ; P = 0,01) ;
    • un taux de décès attribuables au cancer du sein plus faible :
      • 0,037 %, contre 0,047 % (RR : 0,79 ; P = 0,02).

Limites

  • Analyse post-hoc.
  • Manque d’informations concernant les traitements.