Le statut du VPH chez la mère influence la persistance du VPH oral chez l’enfant

  • Syrjänen S & al.
  • Emerg Infect Dis
  • 29 janv. 2021

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’infection au virus du papillome humain (VPH) non sexuellement acquise peut être fréquente chez les enfants.
  • Le statut du VPH chez la mère joue un rôle dans la persistance du VPH oral.

Pourquoi est-ce important ?

  • La séroconversion au VPH à haut risque chez la mère augmente le risque d’infections persistantes chez l’enfant, ce qui renforce l’importance du calendrier de la vaccination chez la mère.

Principaux résultats

  • 324 nouveau-nés (171 filles, 153 garçons).
  • Âge moyen au suivi : 51,9 ± 28,9 mois (intervalle : 0,03–99,7).
  • À 6 ans, 11 % présentaient des lésions buccales : 3,9 % présentaient des lésions hyperplasiques, 2,8 % des ulcères aphteux et 2,2 % des lésions de couleur rouge.
  • 22,9 % des échantillons buccaux prélevés immédiatement après la naissance étaient positifs à l’ADN du VPH.
  • 14,9 % des enfants présentaient un VPH oral persistant ; durée moyenne : 20,6 mois (intervalle : 0,1–92,2).
    • Type de VPH persistant le plus prévalent : VPH 16 (durée de persistance : 19,8 mois), de type multiple (14,2 mois), VPH 18 (11,8 mois), VPH 33 (14,2 mois), VPH 6 (19,7 mois).
  • Le risque (rapport de cotes [RC] ; IC à 95 %) de VPH oral à haut risque a été associé :
    • au portage buccal chez la mère à l’inclusion : 1,92 (1,35–2,74) ;
    • à la séroconversion au VPH à haut risque : 1,60 (1,02–3,50).
  • Le VPH oral à haut risque chez le père (taux d’incidence : 3,32 ; IC à 95 % : 1,24–8,91) a également été associé à la séropositivité au VPH à haut risque.

Méthodologie

  • Une cohorte longitudinale prospective a caractérisé la prévalence du VPH oral, la variation du génotype et les résultats liés à l’infection à l’âge de 6 ans ou moins, en Finlande.
  • Financement : Académie de Finlande ; autres.

Limites

  • Données relatives au VPH chez la mère manquantes.
  • Aucune donnée sur la reconnaissance immunitaire induite par le VPH.
  • Suivi limité.