Le statut de la vitamine D est associé à la fonction physique et à la mortalité chez les patients plus âgés


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le statut de la vitamine D est étroitement associé aux mesures de la fonction physique et à la fragilité chez les patients plus âgés souffrant intensément, selon une nouvelle recherche présentée à l’occasion de la conférence annuelle de la Société d’endocrinologie (Society for Endocrinology) qui s’est déroulée cette semaine en Écosse. 

Dans le cadre de l’étude, les chercheurs ont examiné les données portant sur 1 332 patients âgés de 65 ans et plus qui avaient fait l’objet d’une hospitalisation aiguë. Des informations ont été recueillies sur la fonction physique et les marqueurs de fragilité ainsi que sur le diagnostic clinique, la prise en charge et les résultats. Le statut de la vitamine D a été évalué dans une sous-étude de 766 patients. 

Le taux médian de 25-hydroxyvitamine D sérique était de 31 nmol/l. Les chercheurs ont découvert que les patients situés dans le quartile inférieur pour la vitamine D présentaient une durée de séjour significativement plus longue, par rapport aux patients situés dans le quartile supérieur (durée médiane de 34 jours contre 10 jours ; P 

Les auteurs ont indiqué que des études prospectives sur la supplémentation en vitamine D sont nécessaires dans ce groupe de patients afin d’établir la causalité, d’examiner les mécanismes en jeu et d’évaluer l’impact sur le potentiel de réadaptation et les résultats cliniques.