Le sous-type de l’emphysème est associé à un risque plus élevé de cancer du poumon

  • González J & al.
  • PLoS ONE
  • 1 janv. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les fumeurs atteints d’un emphysème plus sévère ou d’un emphysème de sous-type centrolobulaire présentent un risque significativement plus élevé de cancer du poumon.
  • L’association entre la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et le risque de cancer du poumon pourrait être médiée par l’emphysème, plutôt que par l’obstruction des voies aériennes.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude est la première à examiner le lien entre le sous-type de l’emphysème et le risque de cancer du poumon.

Protocole de l’étude

  • 72 patients atteints d’un cancer du poumon ont été appariés selon un rapport de 1:3 avec 216 personnes témoins sur la base de l’âge, du sexe, des antécédents de tabagisme et de l’indice de masse corporelle (IMC).
  • Financement : ministère espagnol de l’Économie et de la Compétitivité ; autres.

Principaux résultats

  • L’emphysème déterminé visuellement était associé de manière significative à une augmentation du risque de cancer du poumon (rapport de cotes [RC] : 5,9 ; P 
  • L’emphysème visible demeurait fortement associé au risque de cancer du poumon après une correction pour prendre en compte la classification GOLD de la BPCO (RCc : 5,4 ; P 
  • L’obstruction des voies aériennes n’était pas associée au risque de cancer du poumon après une correction pour prendre en compte la présence d’un emphysème visible.
  • Le sous-type centrolobulaire était associé au risque le plus élevé de cancer du poumon lorsqu’il est présent seul (RC : 34,27 ; IC à 95 % : 25,48–99,31), mais il était atténué en présence du sous-type paraseptal (RC : 4,02 ; IC à 95 % : 3,61–34,97).
  • Aucune association n’a été identifiée entre l’emphysème paraseptal seul et une augmentation du risque de cancer du poumon.

Limites

  • Le nombre d’hommes était significativement plus important que le nombre de femmes dans la cohorte de cas de cancer du poumon.