Le sevrage tabagique est associé à une forte réduction du risque de second cancer du poumon primitif

  • Aredo JV & al.
  • J Thorac Oncol

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans cette étude de cohorte, les patients qui avaient arrêté de fumer après un diagnostic de cancer du poumon initial ont présenté une réduction de 83 % du risque de second cancer du poumon primitif (SCPP).

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats mettent en avant un facteur de risque modifiable à cibler.
  • Aucune ligne directrice fondée sur les données probantes ne porte sur la surveillance et le dépistage du SCPP.

Méthodologie

  • Une étude a été menée auprès de 7 059 patients de la cohorte multiethnique (Multiethnic Cohort, MEC) ayant reçu un diagnostic de cancer du poumon primitif initial (CPPI) au cours de la période 1993–2017, puis validée avec les données de l’Essai sur le dépistage du cancer de la prostate, du poumon, colorectal et de l’ovaire (3 423 patients) et de l’Étude prospective européenne sur le cancer et la nutrition (4 731 patients).
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH) ; Université Stanford (Stanford University).

Principaux résultats

  • 2,3 % des patients de la cohorte MEC ont développé un SCPP.
  • Après une correction pour prendre en compte les facteurs de confusion, les facteurs associés (rapports de risque [RR]) à une augmentation significative du risque de SCPP dans la MEC étaient :
    • les paquets-années de tabagisme : 1,18 par tranche de 10 paquets-années (P < 0,001) ;
    • l’intensité du tabagisme : 1,30 par tranche de 10 cigarettes par jour (P < 0,001).
  • Une méta-analyse des trois cohortes a identifié des associations significatives (RR) entre le risque de SCPP et :
    • les paquets-années de tabagisme : 1,16 par tranche de 10 paquets-années (P < 0,001) ;
    • l’intensité du tabagisme : 1,25 par tranche de 10 cigarettes par jour (P < 0,001) ;
    • la correspondance avec les critères du Groupe de travail des services préventifs des États-Unis (United States Preventive Services Task Force) : 1,99 (P < 0,001).
  • Le sevrage tabagique après un diagnostic de CPPI était associé à une réduction significative du taux de SCPP dans la MEC :
    • RR de 0,17 (P < 0,001).

Limites

  • Bien que les trois cohortes soient très diverses en termes de patients, certaines données concernant le SCPP n’ont peut-être pas été recueillies.