Le sémaglutide l’emporte dans une comparaison d’arGLP1 concernant les MCV

  • Alfayez OM & al.
  • Cardiovasc Diabetol
  • 22 juin 2020

  • Par Miriam Tucker
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les agonistes des récepteurs du glucagon-like peptide 1 (arGLP1) apportent des bénéfices significatifs concernant la sécurité cardiovasculaire (CV), selon une analyse de données provenant d’essais sur les résultats CV.
  • Une comparaison indirecte menée entre des essais suggère que le sémaglutide administré une fois par semaine et le sémaglutide oral pourraient être les arGLP1 privilégiés chez les patients atteints d’un diabète de type 2 (DT2) ayant une maladie CV (MCV) établie ou à haut risque de développer une MCV.

Pourquoi est-ce important ?

  • Aucun essai de comparaison directe n’a porté sur les résultats CV entre les différents arGLP1.

Protocole de l’étude

  • Il s’agit d’une comparaison indirecte de données provenant de 7 essais ayant porté sur les résultats CV d’arGLP1 et inclus 56 004 patients atteints d’un DT2, atteints d’une MCV établie ou présentant des facteurs de risque de MCV.
  • Financement : Université du Roi-Saoud, Riyad, Arabie Saoudite.

Principaux résultats

  • Dans le cadre d’injections hebdomadaires, le sémaglutide, par rapport au lixisénatide, a entraîné des réductions significatives concernant les événements cardiovasculaires indésirables majeurs (ECIM) : rapport de cotes (RC) de 0,71 (IC à 95 % : 0,52–0,96).
  • Des réductions concernant les risques d’ECIM ont également été constatées avec l’albiglutide, par rapport au lixisénatide : RC de 0,76 (IC à 95 % : 0,61–0,93).
  • Le sémaglutide administré de façon hebdomadaire avait la probabilité la plus élevée de se classer au premier rang concernant la réduction des ECIM (52 %), suivi du sémaglutide oral (26 %) et de l’albiglutide (20 %).
  • La mortalité d’origine CV (RC ; IC à 95 %) était significativement réduite avec :
    • le sémaglutide, par rapport à l’exénatide : 0,47 (0,21–0,99) ;
    • le sémaglutide, par rapport au dulaglutide : 0,46 (0,20–0,97) ;
    • le sémaglutide, par rapport à l’albiglutide : 0,45 (0,19–0,97) ; 
    • le sémaglutide, par rapport au lixisénatide : 0,43 (0,19–0,92).
  • Le sémaglutide avait également la probabilité la plus élevée de se classer au premier rang concernant la réduction de la mortalité d’origine CV (supérieure à 90 %).

Limites

  • Présence de différences entre les essais concernant les populations des études et les résultats relatifs aux composantes des ECIM.
  • L’albiglutide n’est plus disponible.
  • D’autres paramètres entrant en compte dans la prise de décision, tels que les coûts, la réduction du poids et le contrôle glycémique, n’ont pas été abordés.