Le schéma FOLFIRINOX démontre un avantage en termes de survie dans le cadre du traitement de première intention du cancer du pancréas

  • Williet N & al.
  • Therap Adv Gastroenterol
  • 1 janv. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une comparaison rétrospective suggère que le schéma FOLFIRINOX (fluoropyrimidine, oxaliplatine et irinotécan) offre un avantage en termes de survie, comparativement à l’association gemcitabine/nab-paclitaxel (Gem/nab-paclitaxel), dans le cadre du traitement de première intention de l’adénocarcinome canalaire pancréatique métastatique (ACCPm).
  • L’effet semble dû à une meilleure aptitude à recevoir un traitement de deuxième intention par Gem/nab-paclitaxel après l’échec de FOLFIRINOX, que la séquence inverse.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit du premier appariement selon les scores de propension portant sur des patients recevant ces traitements de première intention standards.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective de 2 cohortes (n = 216) a été réalisée.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • La SG était plus longue chez les patients traités par FOLFIRINOX (médiane : 14,0 mois contre 9,0 mois ; rapport de risque [RR] : 0,65 ; P = 0,008).
    • Cet avantage s’est maintenu après une correction pour prendre en compte l’âge, le nombre de sites métastatiques, la présence de métastases hépatiques, la présence d’une carcinomatose péritonéale et le taux de CA19-9 à l’inclusion (RR : 0,62 ; P = 0,021).
  • Après un appariement selon les scores de propension (n = 49/groupe) :
    • La SSP était similaire entre les groupes (RR : 0,77 ; P = 0,22).
    • La SG tendait à être plus longue dans le groupe FOLFIRINOX (14,0 mois contre 9,0 mois ; RR : 0,67 ; P = 0,097).
    • Une proportion plus importante de patients a fait l’objet d’un traitement de deuxième intention après un échec sous FOLFIRINOX, comparativement à après un échec sous Gem/nab-paclitaxel (46,9 % contre 20,4 % ; P = 0,009).
    • La SG médiane tendait à être plus longue chez 23 patients ayant reçu FOLFIRINOX en premier que chez 10 patients ayant reçu Gem/nab-paclitaxel en premier (19 mois contre 9,5 mois ; RR : 0,46 ; P = 0,094).

Limites

  • Analyse rétrospective.