Le risque de syndrome coronarien aigu double en cas d’infection par Helicobacter pylori

  • Fang Y & al.
  • Medicine (Baltimore)
  • 1 déc. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Une méta-analyse parue dans Medicine a rassemblé 44 études et plus de 15.000 patients afin de déterminer si l’infection par Helicobacter pylori accroît le risque de développer un syndrome coronarien aigu (SCA), les données des études jusqu’à présent disponibles étant contradictoires. Elle confirme en effet l’association qui existe entre l’infection et le risque d’évènement cardiaque sur l’ensemble des études identifiées, mais aussi dans les méta-analyses de sous-groupes restreintes aux études de bonne qualité méthodologique ou celles menées spécifiquement en Europe. Il est probable que l’inflammation de bas grade liée à l’infection soit impliquée dans cette relation.

Principaux résultats de la méta-analyse

Les 44 études identifiées (dont 25 de qualité élevée) ont été publiées entre 1996 et 2017. Elles ont rassemblé un total de 7.522 sujets infectés et 8.311 sujets contrôles. Au sein de ces deux groupes, la survenue de SCA avait respectivement concerné 64,49% et 48,03% des patients.

Globalement, les sujets infectés par H pylori avaient un risque doublé de SCA par rapport aux sujets non infectés (OR 2,03 [1,66–2,47]). Ce résultat était renforcé lorsque les études incluses étaient limitées à celles ayant apparié les données (OR 2,18 [1,77–2,69]).

Parmi les analyses en sous-groupe, l’association restait significative dans les seules études de haute qualité (OR 2,29 [1,76–2,99]), même si elle l’était aussi pour celles de moins bonne qualité (OR 1,70 [1,29–2,24]). L’association était aussi vérifiée pour les seules études menées en Europe (OR 1,75 [1,40–2,19]), en Asie (OR 2,45 [1,71–3,51]) ou en Amérique (OR 1,46 [1,02–2,10]).

Six des 8 études qui se sont penchées sur les souches CagA-positives, connues pour être virulentes, ont décrit une association entre celles-ci et le SCA. Lorsque toutes étaient poolées, l’association était significative (OR 2,39 [1,21-4,74]).