Le risque de déficience en folates est plus élevé durant les mois d’été


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des chercheurs ont recommandé que les patients ayant un taux de folates inférieur à 4,0 ng/ml incorporent des aliments riches en folates à leur alimentation durant les mois où l’impact du soleil est plus élevé, ou qu’ils se fassent prescrire des aliments fortifiés ou des suppléments afin d’aider à prévenir la déficience en folates. Cette recommandation fait suite à la publication d’une nouvelle recherche ayant révélé que les taux de folates dans l’organisme diminuent pendant les mois où le rayonnement solaire est plus important.

Des chercheurs de l’Université de Malaga en Espagne ont examiné les données portant sur 118 831 déterminations des taux de folates sériques réalisées entre janvier 2010 et décembre 2014 à l’hôpital Virgen de la Victoria à Malaga. 

Ils ont découvert que le risque de déficience en folates était multiplié par 1,37 durant l’été, par rapport à l’hiver. Globalement, les taux de folates étaient plus faibles chez les hommes que chez les femmes. 

Ils ont également découvert que des taux de folates proches de 4,0 ng/ml durant l’hiver étaient un prédicteur d’une déficience en folates durant l’été, et ont déclaré qu’un seuil de 4,0 ng/ml pour l’hiver aiderait à prédire et à prévenir la déficience en folates durant l’été. 

Les chercheurs ont souligné comment certains patients sont plus vulnérables aux variations et pourraient bénéficier d’un apport accru en folates pour compenser la variation saisonnière, notamment les femmes ayant le projet de fonder une famille, les patients atteints d’une anémie macrocytaire, les personnes âgées et les enfants.

L’étude est publiée dans la revue Journal of Photochemistry and Photobiology B: Biology