Le risque de cancer des sujets atopiques

  • Wang L & al.
  • JAMA Dermatol
  • 11 déc. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Selon une revue de la littérature et méta-analyse, chez les sujets atteints de dermatite atopique, il existerait un risque accru de carcinome basocellulaire et de cancer du rein établi à partir de 8 larges études de cohorte (n=5.726.692) et un risque réduit des cancers du poumon et du système respiratoire selon 48 études cas-contrôle (n=14.136). Les études qui ont été identifiées étaient hétérogènes et il existait pour la plupart un risque de biais modéré à sévère.

Il serait donc nécessaire de conduire des travaux plus rigoureux, fondés notamment sur des critères diagnostiques de dermatite atopique bien définis. Ceci permettrait d’évaluer dans quelle mesure les dysfonctionnements de la barrière cutanée et de l’immunité peuvent accroître le risque de cancer, sachant qu’à l’inverse, un effet protecteur sur certains types de cancer a pu être rapporté chez les sujets souffrant de dermatite atopique (meilleures réactivité immunitaire, clairance des cellules tumorales et réponse aux traitements antitumoraux).

Résultats issus des études de cohorte

Les études de cohorte ont montré une association significative entre la dermatite atopique et l’augmentation de l’incidence des carcinomes basocellulaires (5 études, taux d’incidence normalisés -ou TIN- 1,46 [1,20-1,77]), des cancers du rein (2 études, TIN 1,86 [1,14-3,04]), du système nerveux central (2 études, TIN 1,81 [1,22-2,70]) et du pancréas (1 étude, TIN 1,90 [1,03-3,50]).

Résultats issus des études cas-contrôle

Les études cas-contrôle ont montré une association significative entre la dermatite atopique et la diminution de l’incidence des cancers du poumon et du système respiratoire (4 études, odds ratio - ou OR- 0,61 [0,45-0,82]). À l’inverse des études de cohorte, elles décrivent une diminution de l’incidence des cancers du système nerveux central (15 études, odds ratio - ou OR- 0,76 [0,70-0,82]) et du cancer du pancréas (5 études, OR 0,81 [0,66-0,98]).

Aucune association n’a été observée concernant les autres types de cancer, à partir des études de cohorte ou cas-contrôle.