Le risque d’hypertension est plus élevé avec la néphrectomie radicale qu’avec la néphrectomie partielle en cas de tumeurs rénales

  • Shah PH & al.
  • J Urol
  • 1 juil. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints de masses rénales localisées, qui font l’objet d’une néphrectomie radicale (NR), présentent un risque plus élevé d’apparition et d’aggravation de l’hypertension, comparativement à la néphrectomie partielle (NP).

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études antérieures ont rapporté un risque d’hypertension accru après une NP.
  • Ces résultats suggèrent que la NP doit être préférée chez les patients présentant des masses rénales localisées, dans la mesure du possible.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de 13 893 patients atteints de masses rénales localisées (âgés d’au moins 18 ans), qui avaient fait l’objet d’une NR ou d’une NP entre 2007 et 2016.
  • Financement : Centre Robert D. et Patricia E. Kern de la Clinique Mayo pour la science de la prestation des soins de santé (Mayo Clinic Robert D. and Patricia E. Kern Center for the Science of Health Care Delivery).

Principaux résultats

  • Après un appariement selon les scores de propension, les patients ayant fait l’objet d’une NR, comparativement à ceux ayant fait l’objet d’une NP, présentaient :
    • un risque d’apparition de l’hypertension 40 % plus élevé (18,07 contre 12,35 événements pour 100 personnes-années ; rapport de risque [RR] : 1,40 ; P 
    • un risque d’aggravation de l’hypertension relevée à l’inclusion 18 % plus élevé (51,43 contre 41,83 événements pour 100 personnes-années ; RR : 1,18 ; P 
    • une réduction du délai jusqu’à l’aggravation de l’hypertension (248,8 jours contre 289,7 jours ; P = 0,002).
  • Aucune différence significative n’a été observée entre ces deux approches au niveau du risque d’infarctus du myocarde.
  • Chez les patients sans hypertension à l’inclusion, la NR a été associée à un risque deux fois plus important d’accident vasculaire cérébral (AVC ; RR : 2,19 ; P = 0,033).
  • Aucune différence au niveau des résultats n’a été rapportée chez les patients de 75 ans et plus, comparativement aux patients de moins de 75 ans.

Limites

  • Protocole rétrospectif.