Le risque d’épilepsie d’apparition tardive est presque doublé chez les personnes hypertendues

  • Stefanidou M & al.
  • Epilepsia

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les adultes d’âge mûr et plus âgés qui sont hypertendus présentent un risque accru d’épilepsie d’apparition tardive, même après la prise en compte des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Pourquoi est-ce important ?

  • L’hypertension est un facteur de mode de vie modifiable.

Principaux résultats

  • 39 % des patients de la cohorte présentaient une hypertension (pression artérielle systolique supérieure ou égale à 140 mmHg et/ou pression artérielle diastolique supérieure ou égale à 90 mmHg ou prise de médicaments antihypertenseurs).
  • Pendant un suivi moyen de 19,2 ans, 1,8 % des patients de la cohorte ont reçu un diagnostic d’épilepsie.
  • Après une correction pour prendre en compte les facteurs de confusion (y compris les cas prévalents et incidents d’AVC), l’hypertension a presque fait doubler le risque d’épilepsie (rapport de risque [RR] : 1,93 ; intervalle de confiance [IC] à 95 % : 1,10–3,37 ; P = 0,022).
  • L’association était plus marquée après l’exclusion des personnes ayant une pression artérielle normale sous antihypertenseurs (RR : 2,44 ; IC à 95 % : 1,36–4,35 ; P = 0,003).
  • L’association a perduré après l’exclusion des cas suspectés d’épilepsie et des cas suspectés de convulsions non provoquées isolées (RR : 2,05 ; IC à 95 % : 1,08–3,90 ; P = 0,028).
  • La pression artérielle comme variable continue a également été liée au risque d’épilepsie (RR pour chaque variation de 10 mmHg de la pression artérielle systolique : 1,17 ; IC à 95 % : 1,02–1,33 ; P = 0,02).
  • Les autres facteurs de risque vasculaires (le diabète, le tabagisme actuel, la maladie cardiovasculaire prévalente, la fibrillation atriale prévalente, l’hyperlipidémie, le score au profil de risque d’AVC de Framingham [Framingham Stroke Risk Profile]) n’ont pas augmenté de manière indépendante le risque d’épilepsie.

Méthodologie

  • Une étude de cohorte populationnelle aux États-Unis a porté sur 2 986 personnes âgées de 45 ans ou plus (moyenne d’âge : 58 ans ; Cohorte d’enfants de l’Étude sur le cœur de Framingham).
  • Critère d’évaluation principal : les diagnostics d’épilepsie établis à partir de dossiers médicaux.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Limites

  • Le caractère généralisable des résultats est incertain.
  • La causalité est inconnue.