Le risque d’AVC serait plus important en cas d’arthrose

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Chez les sujets âgés, atteints d’arthrose, l’augmentation de la mortalité serait selon certaines études liée à une activité physique insuffisante et à l’augmentation des risques cardiovasculaires. L’enquête nationale américaine US National Health and Nutrition Examination Survey III a rapporté une association entre l’arthrose et le syndrome métabolique. Par ailleurs, d’autres données ont montré une augmentation entre l’épaisseur intima-média (EIM) carotidienne et celle de la plaque carotidienne chez les patients atteints d’arthrose. Des chercheurs taïwanais ont souhaité évaluer à travers une étude longitudinale rétrospective si les patients atteints d’arthrose présentaient un risque accru d’AVC.

Méthodologie

  • Étude longitudinale rétrospective de cohorte menée à Taïwan, incluant des patients âgés entre 20 et 90 ans ayant reçu un diagnostic d’arthrose entre 2002 et 2003. Les participants étaient issus du programme National Health Insurance (NHI) établi en 1995 qui suivait des individus en recueillant leurs caractéristiques socio-démographiques et leur état de santé.
  • Chaque patient de la cohorte (diagnostiqué comme ayant une arthrose a été associé à un individu de la population générale en fonction du sexe, de l’âge et de l’année d’indexation (correspondant à l’année du diagnostic).
  • L’arthrose sévère était définie par la nécessité d’un remplacement orthopédique total de l’articulation du genou ou de la hanche. Les autres cas d’arthrose étaient considérés comme des atteintes faibles à modérées.
  • Les variables considérées étaient l’âge, catégorisé entre 20-49 ans (individu jeune), 50-64 ans (individu d’âge moyen) et ≥ 65 ans (sujet âgé), la présence de comorbidités et la prise d’AINS ou de COX-2 sélectifs.
  • Chaque patient était suivi depuis l’année d’indexation et jusqu’au diagnostic d’AVC, ou à la sortie du programme NHI, au décès ou encore jusqu’à la fin de l’étude (fin 2010).
  • Critères d’évaluation : diagnostic d’AVC incluant les AVC hémorragiques et thrombotiques (diagnostic clinique, tomographie ou IRM).

Résultats

  • Au total, 43.635 sujets ont été inclus dans chacun des groupes (arthrose et non-arthrose), constituant ainsi un suivi de 309.031 patients-années pour les sujets arthrosiques et 315.523 patients-années pour les sujets non arthrosiques.
  • La majorité des participants étaient des femmes (59,6%) et l’âge moyen était de 60,0 ± 14,1 ans.
  • La prévalence des comorbidités était supérieure chez les sujets avec arthrose par rapport aux sujets sans arthrose. Ils présentaient également plus souvent de l’obésité et de l’alcoolisme que ceux ne souffrant pas d’arthrose.
  • Parmi les patients arthrosiques, 16.868 (38,7%) présentaient une spondylose, 29.148 (66,8%) de l’arthrose au niveau des mains, des coudes, des épaules, des chevilles, des genoux ou des hanches, et 2.381 (5,5%) avaient une combinaison des deux.
  • L’incidence globale des AVC était plus élevée de 36% dans la cohorte arthrosique par rapport aux autres patients (30,1 vs 22,0 pour 1.000 personnes-années).
  • Après ajustement sur l’âge, le genre, la consommation d’AINS, les comorbidités, le risque d’AVC était 1,10 fois supérieur chez les sujets souffrant d’arthrose par rapport à ceux ne souffrant pas d’arthrose : hazard ratio ajusté (HRa) de 1,10 [IC95% : 1,06-1,14].
  • Les hommes présentaient un risque d’AVC supérieur aux femmes, avec un HRa de 1,16 [IC95% : 1,12-1,20].
  • Les adultes d’âge moyen (50-64 ans) présentaient un risque d’AVC 2,86 fois supérieur aux plus jeunes (20-49 ans), [IC95% : 2,65-3,09] ; et les sujets âgés (≥ 65 ans) présentaient un risque 6,34 fois supérieur par rapport aux jeunes [IC95% : 5,88-6,83].
  • Les patients présentant des comorbidités avaient un risque d’AVC 1,85 supérieur à celui des sujets ne présentant pas d’AVC [IC95% : 1,78-1,91].
  • Les patients prenant des AINS ou des COX-2 sélectifs avaient un risque supérieur d’AVC respectivement 1,66 fois [IC95% : 1,60-1,72] et 1,10 fois [IC95% : 1,05-1,15] supérieur aux autres sujets.
  • Les adultes présentant une arthrose sévère avaient un risque d’AVC supérieur à ceux n’ayant pas d’arthrose, et ce quel que soit l’âge : le HRa était de 3,78 [IC95% : 2,50-5,70] pour les jeunes, de 1,34 [IC95% : 1,16-1,56] pour les sujets d’âge moyen et de 1,10 [IC95% : 0,92-1,10] pour les sujets âgés.
  • De même, quel que soit l’âge, les adultes présentant une arthrose faible à modérée avaient un risque d’AVC supérieur à ceux n’ayant pas d’arthrose : le HRa était de 1,97 [IC95% : 1,70-2,28] pour les jeunes, de 1,33 [IC95% : 1,25-1,42] pour ceux d’âge moyen et de 1,16 [IC95% : 1,12-1,21] pour les sujets âgés.

Limitations

Un certain nombre de données individuelles n’étaient pas disponibles (tabagisme, antécédents familiaux).

À retenir

Cette étude longitudinale de large envergure montre qu’après ajustement sur l’âge, le genre, la consommation d’AINS ou de COX-2, les comorbidités, les sujets souffrant d’arthrose avaient 1,10 fois plus de risque d’AVC que ceux qui ne présentaient pas d’arthrose. La sévérité de l’arthrose apparaissait déterminante : pour exemple, les adultes jeunes présentant une arthrose sévère avaient un risque 3,78 fois plus élevé d’AVC que les sujets de même âge sans arthrose.