Le régime méditerranéen est associé à un risque plus faible de cancer de la vessie

  • Witlox WJA & al.
  • Eur J Nutr
  • 8 févr. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une observance élevée du régime méditerranéen était associée à un risque réduit de cancer de la vessie.
  • Cette association était indépendante du sous-type de cancer, du sexe et de l’apport en matières grasses.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’étude sur les Facteurs épidémiologiques et nutritionnels déterminants dans le cadre du cancer de la vessie (BLEND) est la plus grande étude de cohortes combinées à évaluer les associations entre l’observance du régime méditerranéen et le risque de cancer de la vessie.

Protocole de l’étude

  • Les données nutritionnelles de l’étude BLEND, incluant 3 639 cas de cancer de la vessie incident et 642 583 participants sans cancer de la vessie issus de 13 études de cohortes, ont été évaluées.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Après un ajustement pour prendre en compte l’apport énergétique total, le statut tabagique et le sexe, comparativement à une faible observance du régime méditerranéen, le risque de cancer de la vessie était significativement plus faible dans les cas suivants :
    • une observance élevée (RRc : 0,85 ; IC à 95 % : 0,77–0,93) ; et
    • une observance moyenne (RRc : 0,91 ; IC à 95 % : 0,85–0,99).
  • Une association linéaire inverse a été identifiée entre le régime méditerranéen et le risque de cancer de la vessie (RRc pour chaque augmentation de une unité de l’observance : 0,96 ; IC à 95 % : 0,94–0,98).
  • L’association demeurait significative dans les cas suivants :
    • une maladie avec ou sans envahissement musculaire ;
    • tous sexes confondus ; et
    • après l’exclusion des graisses et de l’alcool du score nutritionnel.

Limites

  • Les informations concernant les autres facteurs de risque étaient limitées.