Le port d’une orthèse permet un soulagement immédiat de la douleur dans le cadre du syndrome douloureux fémoropatellaire

  • Kölle T & al.
  • Arch Orthop Trauma Surg
  • 27 févr. 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients présentant un syndrome douloureux fémoropatellaire (SDFP), qui portaient une orthèse patellaire dans cette étude, ont rapporté un soulagement de la douleur immédiat et significatif pour monter des escaliers, marcher, se lever, s’asseoir et accomplir d’autres activités.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les études antérieures n’ont suggéré aucun bénéfice à long terme lié au port d’une orthèse patellaire, mais les études ayant visé à déterminer la présence d’un bénéfice immédiat et à court terme ont abouti à des résultats contradictoires.

Protocole de l’étude

  • L’étude a inclus 50 patients (29 femmes et 21 hommes ; âgés de 16 à 30 ans), qui avaient reçu un diagnostic de SDFP au cours de la période 2014–2017.
  • Financement : Landesgraduiertenförderung.

Principaux résultats

  • Le port d’une orthèse, par rapport à l’absence d’orthèse, a réduit de façon significative la douleur pour toutes les activités (échelle visuelle analogique : 33–56 % ; P 
  • La différence du timing d’activation du muscle vaste médial (MVM) et du muscle vaste latéral (MVL) durant la descente d’escaliers, entre le port et l’absence de port d’une orthèse, était statistiquement significative (P 
  • Le fait de se lever d’un fauteuil en portant une orthèse a démontré un rapport MVM/MVL significativement plus élevé (P = 0,02).
  • Les angles des genoux sur le plan sagittal ont augmenté de façon significative avec le port d’une orthèse patellaire pour :
    • monter des escaliers (P 
    • se lever d’un fauteuil (P = 0,008).

Limites

  • Les déséquilibres neuromusculaires sont difficiles à identifier.