Le personnel de santé est confronté à des difficultés pour entrer et sortir de Gaza


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un nouveau rapport a mis en évidence les difficultés rencontrées par les professionnels de santé travaillant à Gaza. 

Pour les besoins du rapport, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), en collaboration avec plus de 20 agences, a mené une analyse détaillée de la prise en charge des traumatismes d’urgence suite aux manifestations massives de Gaza en 2018–2019. Du 30 mars 2018 au 30 mars 2019, 277 Palestiniens ont été tués et 28 014 ont été blessés.

Selon le rapport, seules 23 % des demandes faites par l’OMS pour que 48 professionnels de santé puissent quitter Gaza entre le 30 mars 2018 et le 30 mars 2019 ont abouti, 69 % des demandes restant « en suspens ». Le personnel de santé, notamment les équipes médicales d’urgence (EMU) internationales, qui demande à entrer dans la bande de Gaza pour soutenir l’intervention humanitaire, rencontre également des obstacles pour entrer, indique le rapport. Globalement, 77 % des demandes faites par le personnel de santé pour entrer dans Gaza ont été approuvées par Israël durant la période. 

Le rapport a montré une forte augmentation des incidents violents en lien avec les soins de santé au cours de cette période de 12 mois, 3 agents de santé ayant été tués et 731 ayant été blessés lors de 446 incidents enregistrés ayant impliqué du personnel et des établissements de santé.